Regarde les Chinois : HUNG Ting Kwan 洪挺堃

Posted on

HUNG Ting Kwan 洪挺堃

Regarde les Chinois est une section de ce blogue, à travers laquelle nous rencontrons des gens de la communauté chinoise de Montréal, et qui proviennent de différents horizons. Nous nous entretenons cette fois avec Ting Kwan HUNG, qui fut jusqu’à décembre 2007, le coordonnateur des bénévoles au Service à la Famille Chinoise du Grand Montréal (SFCGM), un organisme communautaire basé dans le Quartier Chinois. Originaire de Hong Kong, et un Newyorkais durant de plusieurs années, il quittera Montréal, où il a vécu pendant quatre ans, pour d’autres cieux d’ici l’arrivée du printemps.

Regarde les Chinois is a section of this blog through which we meet people of the Chinese community in Montreal and who come from different horizons. This time, we are speaking with Ting Kwan HUNG, who was until December 2007, the volunteer coordinator at the Chinese Family Service of Greater Montreal (CFSGM), a non-profit organization based in Chinatown. Originally from Hong Kong, and New Yorker for many years, he is leaving Montreal in a few months after living here for four years.

Language of the interview / langue de l’interview: English / anglais (quoique Kwan parle aussi un français impeccable).

***

CLC: While you were at CFSGM, how did you find working with people from different places, of different backgrounds, say that some are recent immigrants, while some others are Canadian-born Chinese?

HTK: I think that I try to mix people together, but people in reality don’t necessarily “mix”. If you have a working relationship, people from different linguistic or socio-economic backgrounds may be mixing. But how do you see if people are really mixing? It’s when you let them have a party, free, on their own, then you see, oh, this group of people mingles together, and this other group mingles together: then you know. If there is no mingling, it doesn’t mean that they hate each other, but that people stick with people that they are comfortable with, or can relate to, I guess, or speak the same dialect, language. I think that the Chinese community, or rather the Overseas Chinese communities, are very cliquish about dialect, socio-economical class…

CLC: And perhaps by religion?

HTK: Hmm, maybe. But I am not a very religious person, so I may not be able to spot the differences between Buddhists, Taoists, Atheists – but I think it depends more on the upbringing and where you are from, whether it is the Mainland (of China) or overseas. It’s quite interesting. You can say that I can switch to different modes, when I speak to different people, in Cantonese, French or Mandarin.

CLC: You are leaving Montreal soon – so, what are you going to miss from this city?

HTK: The friends, the people I encounter through my job. When I first settled in Montreal back in 2003, I never thought that I would work for a Chinese community organization. Before I came, I didn’t even know that there were local Chinese newspapers in Montreal!

CLC: One word to describe you?

HTK: Contradictory.

CLC: Secret talent?

HTK: …I don’t know if I have a secret talent. It could be my Chinese upbriging, that you cannot be too proud of yourself, and rather need to be humble. Maybe, I could say that it is my ability to bring together people of different backgrounds.

CLC: So, salt or pepper?

HTK: Pepper. Because we eat enough salt in the day, so we should rather have pepper!

CLC: Thanks for being the guinea pig for this blog! So… what is your favourite Chinese food?

HTK: Chinese food that you cannot eat overseas – that you can only eat in China, Hong Kong or Taiwan. Even though you can eat good Chinese food overseas.

CLC: If you were a Montreal neighborhood, which one would you be?

HTK: I can be many neighborhoods, but it would be Pointe-Saint-Charles, since I lived there for two years. So, I like Pointe-Saint-Charles, even though it is poor, even though it has a SAQ store to get people drunk, even though there is one single bank. But it is close to downtown and I can bike to work in the summer, and it is close to the canal.

CLC: Reasonable accommodations?

HTK: Well, I think it is a good thing that we are talking about it. But if the government doesn’t really do anything after the hearings, people are going to be frustrated. I spoke at one of the hearings, and then heard people say things at the forum, and one of the things is that immigrants have problems finding jobs. Then, I realized, oh, it’s not only in the Chinese community, since all of these people who spoke were not Chinese. I think that it’s useless to talk about all these reasonable accommodations if people cannot find jobs. No one wants to immigrate to Canada and be poor, and not be able to practice their professions. It depends whether the government has the power to integrate – the dirty word – new immigrants. Sometimes the government wants immigrants, thinks Canada needs immigrants, but then it is the private sector that hires, and that may not want to hire them because they don’t have “Canadian experience”.

CLC: Maybe people would be better off staying in their countries?

HTK: No, I would not say that. I mean, in this day and age, globalization and all that, one thing is sure and it is that no one will stay in one country if opportunity knocks elsewhere. People will go. I would not suggest to people to stay in their own country. I travel a lot myself, and I think that people should have the right to travel around. If Canada still wants to attract new immigrants, then the private sector should do something about employing all these people.

CLC: One last question… Who are you? … In one paragraph please!

HTK: I am 洪挺堃 (HUNG Ting Kwan), I am a Montrealer. I have been a volunteer coordinator at the CFSGM – something I am very proud of. I was a volunteer at GLAM – Gay and Lesbian Asians of Montreal. I also taught in high schools in Queens and Manhattan within a period of three years – those were my proudest years recently. I earned a degree in biochemistry at State University of New York at Stony Brook. I was very glad that my parents let me go overseas to pursue university education when I was 18. It was a big step to anything.

CLC: Nothing else you want to say?

HTK: No, not really. I think that’s it!

CLC: Thank you!

***

Version française de l’entrevue originale ->

CLC : Lorsque vous étiez au SFCGM, comment avez-vous trouvé ça de travailler avec des gens venant d’endroits différents, de contextes différents, disons des immigrants récents et des chinois d’origine nés au Canada ?

HTK : Je pense que lorsque je tente de mélanger les gens ensemble, les gens ne se « mélangeront » pas nécessairement. Dans le cas d’une relation de travail, les gens qui viennent de contextes linguistiques ou économiques différents vont peut-être se mélanger. Mais comment faites-vous pour savoir si les gens se mélangent vraiment? Eh bien, vous les laissez organiser une activité, libre de choisir avec qui ils se tiendront, et vous verez que, oh, ce groupe préfère se tenir entre lui, et idem pour l’autre groupe : vous le saurez ainsi. S’il n’y a pas de mélange, ce n’est pas parce qu’ils s’haïssent, mais que les gens choisissent d’être avec ceux avec qui ils sont confortables ou peuvent communiquer dans leur dialecte. Je pense que la communauté chinoise, ou plutôt, les communautés chinoises d’outre-mer, se définissent beaucoup par cliques, autour d’un dialecte ou par classes socio-économiques.

CLC : Et peut-être également à travers la religion ?

HTK : Heum, peut-être. Mais je ne suis pas une personne très religieuse, alors je ne peux peut-être pas voir les différences entre Bouddhistes, Taoistes, Athéistes – mais je pense que ça dépend plus de la façon qu’on a été élevé et d’où on vient, que ce soit la Chine continentale ou outre-mer. C’est plutôt intéressant. On peut dire que je change de mentalité selon que je parle en cantonais, en français ou en mandarin.

CLC : Vous quittez Montréal bientôt – alors, qu’allez-vous manquer le plus de la ville ?

HTK : Les amis, les gens que j’ai rencontré via mon travail. Lorsque je me suis installé à Montréal en 2003, je n’avais jamais pensé que je travaillerais pour une organisation dans la communauté chinoise. Avant de venir, je ne pensais même pas que ça existait, des journaux locaux en chinois à Montréal!

CLC : Un mot pour vous décrire ?

HTK : Contradictoire.

CLC : Un talent caché ?

HTK : … Je ne sais pas si j’ai un talent caché. Peut-être que c’est mon éducation à la chinoise, qu’il faut pas trop se vanter, et être humble. Je dirais peut-être que c’est mon habileté à rassembler ensemble des gens de différents milieux.

CLC : Alors, sel ou poivre ?

HTK : Poivre. Parce qu’on mange assez de sel dans une journée, alors je préférerais le poivre!

CLC : Merci de servir de cobaye pour ce blogue ! Et puis, quel est votre mets chinois favori ?

HTK : Des mets chinois qu’on ne peut pas manger outre-mer – seulement en Chine, à Hong Kong, à Taiwan. Même si on peut manger de bons mets chinois ici.

CLC : Et si vous étiez un quartier montréalais, lequel seriez-vous ?

HTK : Je pourrais être plusieurs quartiers, mais ça serait Pointe-Saint-Charles, où j’ai vécy deux ans. Alors, j’aime Pointe-Saint-Charles, même si c’est pauvre, même s’il y a une SAQ qui soûle le monde, même s’il n’y a qu’une seule banque… Mais c’est près du centre-ville et je peux pédaler jusqu’au travail l’été, et puis c’est près du canal.

CLC : Accommodements raisonnables ?

HTK : Eh bien, je pense que c’est une bonne chose qu’on en parle. Mais si le gouvernement ne fait pas vraiment quelque chose après les audiences, les gens seront frustrés. J’ai parlé à l’une des audiences, et j’ai entendu des gens dire des choses au forum. L’une des choses qui ressortait était que les immigrants avaient de la difficulté à trouver du travail. Et puis, j’ai réalisé que ce n’était pas seulement dans la communauté, alors que la plupart des intervenants ne furent pas chinois. Je pense que c’est inutile de parler d’accommodements raisonnables, lorsque les gens ne peuvent pas trouver de boulot. Personne ne veut immigrer au Canada pour être pauvre, et ne pas pouvoir travailler dans leur domaine. Ça dépend si le gouvernement a vraiment le pouvoir d’intégrer – le mot sale – les nouveaux immigrants. Parfois, le gouvernement veut des immigrants, croit que le Canada a besoin d’immigrants, mais c’est le secteur privé qui embauche, et il ne veut peut-être pas les engager parce qu’ils n’ont pas « d’expérience canadienne ».

CLC : Peut-être que les gens seraient mieux de rester dans leur pays ?

HTK : Non, je ne dirais pas ça. Ce que je veux dire, c’est qu’à cette époque, avec la mondialisation et tout ça, une chose est sûre, et c’est que personne ne restera dans son pays si la chance d’une vie meilleure cogne qu’elle part d’autre. Les gens iront. Je ne suggérerais jamais aux gens de rester dans leur pays, ayant moi-même eu la chance de voyager autour. Si le Canada veut encore attirer de nouveaux immigrants, alors le secteur privé devra faire quelque chose pour embaucher tout ces gens.

CLC : Une dernière question… Qui êtes-vous ? …en un seul paragraphe s’il-vous-plaît !
HTK : Je suis 洪挺堃 (HUNG Ting Kwan). Je suis un montréalais. J’ai été un coordonnateur de bénévoles au SFCGM – quelque chose dont j’ai été très fier. J’ai été un bénévole pour GLAM – le Gai and Lesbiennes Asiatiques de Montréal. J’ai enseigné dans des écoles secondaires à Queens et Manhattan durant trois ans – les années dont j’ai été le plus fier récemment. J’ai eu un baccalauréat en biochimie à la State University of New York à Stony Brook. Je suis très heureux que mes parents m’aient laissé allé étudier à l’étranger lorsque j’avais 18 ans. Ça a été une grande étape pour tout.

CLC : Quelque chose d’autre à dire ?

HTK : Non, c’est pas mal tout, je pense !

CLC : Merci !

1 thought on “Regarde les Chinois : HUNG Ting Kwan 洪挺堃”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *