J’adore le vombrissement d’un scooter quand je me réveille le matin

Posted on

Taichung, Taiwan
Scooters à Taichung / Scooter in Taichung

This morning, on my way to work, I heard the vroom of a scooter. In Montreal, this may only happen in the four, five months when motorized bike riding isn’t a danger due to climatic hazards.

I like the sound because it reminds me of Asia, and especially Taiwan, where the scooter is king. Not so much of China, where its use in the city is either prohibited or costs so much in license that you’d be better to get a car. And it’s for a good reason too – any Chinese city would disappeared under an even thicker cloud of grayish pollution.

***

Ce matin, en me rendant au travail, j’ai entendu le vombrissement d’un scooter. À Montréal, ça peut seulement se produire dans les quatre ou cinq mois durant lesquels la conduite d’un bicycle motorisé n’est pas un danger lié à un climat hazardeux.

J’aime ce son parce que ça me rappelle l’Asie, et plus particulièrement Taiwan, où le scooter est roi. Pas trop la Chine, où son utilisation en ville est soit interdite ou que le coût élévé d’obtention d’un permis voudrait dire qu’il vaudrait mieux se procurer une voiture. Et il y a une bonne raison derrière ça : n’importe quelle ville chinoise disparaîtrait sous un nuage gris de polution encore plus épais.

Ourselves Beside Me

Posted on

Ourselves Beside Me's Li Yangfan

Semaine du 19 août 2008 / Week of August 19th, 2008

Cette chronique hebdomadaire sur la musique indépendante chinoise est diffusée à Radio Centre-Ville (102.3FM), les mardis entre 22h30 et 23h30. L’émission complète est disponible sur ce fichier MP3, à partir du lendemain de l’émission.

This weekly segment on independent Chinese music is broadcasted every Tuesday between 10:30PM and 11:30PM on Radio Centre-Ville (102.3FM). The full-length show is available at this MP3 file, starting from the day following the show.

***

Malheureusement, je déménage cette semaine, et mon nouveau service d’Internet (Bell Internet Total, pour ne pas le nommer), après un retard / erreur de livraison, ne pourra être activé avant peut-être de trois à six jours. Au moins, j’ai le dial-up (oui oui, j’ai un modem téléphone dans mon portable), alors je peux au moins vous écrire quelques mots sur Ourselves Beside Me, faute de pouvoir téléverser leur chansons…

Well, the songs that were played tonight were from a recording made by a friend’s friend’s friend (who are Chinese currently or formerly living in Beijing). Apparently, the CBC had a piece on rock music, specifically on the D-22. Despite being a relatively new band, Ourselves Beside Me (sic) are regulars at the live house in the northwestern district of universities (walking distance from Tsinghua and Beida, the two most prestigious Chinese universities). OBM started around the end of 2007, and I think that this recording was made during a show at the D-22 (or the Mao?) in the Spring.

OBM is characterized as a “post-punk revival band”. It does have a really classic sound. One band member was with Hang on the Box, but it sounds nothing like them. It’s more low-key than HotB – very good music to pass out on a couch with a couple of beer bottles under your belt.

I went to the D-22 as well, in mid-April, when OBM opened for Vancouver-based You Say Party! We Say Die! I recorded the whole show with my portable voice recorder. The quality isn’t great, but the recording of OBM’s performance is still up on this previous post. I’ll put up the songs if home Internet will finally arrive.

Carol Huynh wins first olympic gold for Canada

Posted on


Photo: Jeyhun Abdulla/Associated Press.

Eh bien, finalement une médaille pour le Canada! Et je me demandais bien si elle était d’origine chinoise: selon un article dans le Vancouver Sun, son père Viem est effectivement un Chinois du Vietnam. “Huynh”, ça donne “Huang” en mandarin ou “Wong” en cantonnais (黃, c’est le caractère pour “jaune”) – le même nom de famille que ma mère.

Mise à jour: En me réveillant le matin, j’apprends qu’elle a gagné l’or en battant la championne du monde Icho! L’or, en chinois, ça s’écrit 黃金 (huáng jīn), ou “jaune métal”!

***

Finally a medal for Canada! And I was wondering whether she was of Chinese origin, and according to a Vancouver Sun article, her dad Viem is indeed Chinese from Vietnam. “Huynh” gives “Huang” in mandarin, and “Wong” in Cantonese (黃 is the character for “yellow”) – my mother’s maiden name.

Update: As I woke up this morning, I find out that she wins gold by beating the wold champion Icho! Gold, in Chinese, is written 黃金 (huáng jīn), or “golden metal”!

À l’heure de la Chine : La liberté d’expression

Posted on

À l’heure de la Chine : Radio-Canada

La qualité de l’émission quotidienne présentée pendant les Jeux sur la télé de Radio-Canada m’impressionne grandement. On est à l’occasion critique envers la Chine, mais on le fait toujours vec les grains de sel qui s’imposent. Vraiment un chef-d’oeuvre de journalisme. (lien vers les émissions intégrales)

Dans l’émission d’aujourd’hui, Don Murray nous raconte bien comment les choses ont évolué en Chine, sans que ça ne soit tout à fait la totale libre expression. Dans la même veine, le blogueur de ESWN, me disait un peu en blague que si on choisissait dix articles sur un forum de discussion quelconque en Chine, et qu’on les postait sur un forum d’il y a 10 ans, sans doute que 9 sur 10 se feraient arrêter.

J’aurais bien aimé entendre parler du travail fait par le Southern Metropolis/Weekly, mais ça ira pour un autre reportage sans doute. Par exemple, ils ont récemment rencontré le fondateur sud-africain de Danwei.org, l’un des sites en anglais les plus lus de Chine, et prennent soin de rencontrer les gens qui font les news, comme le secrétaire de parti au Sichuan qui s’est promené à genoux, ou les supposés accusés dans l’affaire de Weng’an.

Et puis comme “observateur” des médias, je trouve que ça clenche bien la couverture en marge des jeux que fait les cousins de la CBC (en tout cas, de ce que je peux observer via le web).

Beijing Olympics opening ceremony in Montreal Chinatown

Posted on

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

This morning, I woke up much earlier than usual to watch the opening ceremony to the 2008 Olympic Games in Chinatown.

On montrait les Jeux Olympiques au travail sur écran géant, mais par hasard, j’ai entendu à la radio qu’on les montrait aussi sur écran géant au Quartier chinois…

>> Voir toutes les photos / See all photos

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

Beijing Olympics @ Montréal Chinatown

Nanluogu Xiang à Beijing: hutongs pour les touristes

Posted on

Nanluogu Xiang - Beijing

An English version of this article was published on Spacing Montreal and Spacing Toronto.

Au cours de ma première semaine à Beijing en avril dernier, mon hôte, une Américaine d’origine chinoise vivant à Beijing, n’a cessé de m’encourager à aller faire un tour à Nanluogu Xiang (Chemin Nanluogu or 南锣鼓巷 en caractères chinois), une ruelle étroite (aussi appelées des « hutongs ») typique de Beijing, au coeur de la ville, maintenant bordée des magasins branchés et cafés style occidental. Ça rappelle le Vieux-Montréal…

Nanluogu Xiang est situé sur l’axe central de Beijing. Faisant l’objet d’un article sur le site officiel des Jeux Olympiques de Beijing, ce hutong est parmi les plus célèbres de la ville et s’est vu attribuer un statut spécial depuis 2006.

Nanluogu Xiang - Beijing

Ça n’a été qu’à la fin de ma deuxième semaine à Beijing que j’aie finalement pu m’y promener, et ce, un peu par accident. Après mon repas de jiaozi (dumplings/raviolis chinois), l’ami né en Ontario, d’origine chinoise avec qui j’étais allait me faire faire le tour du quartier où il vivait, qui se trouvait juste un peu plus loin après le Nanluogu Xiang! Étudiant en médecine chinoise, il a commencé à louer une chambre (c’est un 3 1/2, en termes montréalais) dans une maison traditionnelle pourvue d’une cour, non loin de là, pour à peu près l’équivalent de 275 de nos huards.

Quand il a initialement déménagé dans le quartier, il se rappelle que Nanluogu Xiang ne ressemblait en rien à ce que c’est aujourd’hui (comme me le confirme d’autres amis qui ont vécu à Beijing à l’époque). Sur la ruelle qui s’étend sur un kilomètre entre Gulou Dajie (avenue de Gulou) et la rue Di’anmen, où donne aussi la face ouest de l’École d’art dramatique centrale, (où Zhang Ziyi et d’autres noms du cinéma chinois ont étudié), il n’y avait en fait que deux cafés.

Nine-Thirty - Nanluogu Xiang - Beijing

En 2008, on y trouve maintenant toutes sortes de commerces, comme le Nine-Thirty, un café Hongkongais avec wifi et projection quotidienne de film, ou un bar-salon de thé avec des spectacles de musique (voir photo ci-bas), comme le Sandglass Café, appartenant à ses deux amis dans la fin vingtaine d’origine ethnique mongolienne, ou encore, un magasin de t-shirts concept comme Plastered qui joue sur des points de repère de Beijing (j’en ai acheté un avec un ancien billet de métro dessus).

Mongolian music

NLGX

La chance a frappé à nouveau, le lendemain, quand je suis retourné à Nanluogu Xiang en suivant ma propre route. Alors que je marchais d’un bout à l’autre du hutong, des t-shirts au design particulier suspendus à la vitrine d’un des magasins ont attiré mon attention. Après le mot de bienvenue standard débutant par « Ni hao », le propriétaire du magasin change à l’anglais pour me dire qu’il était en fait né à Montréal!

Avec ses deux amis chinois d’outre-mer, Raymond Walintukan (lisez l’entrevue réalisée avec eux) a fondé NLGX (l’acronyme de Nanluogu Xiang), un café/magasin de design et de style de vie. Parlant de leur terrasse sur le toit qui surplombe Nanluogu Xiang, il m’explique que la zone entière a été reconstruite et est protégée par le gouvernement municipal, et que le quartier ne changera pas pour des décennies à venir.

Nanluogu Xiang - Beijing

Parmi les boutiques branchées, des gens vivent encore dans des maisons traditionnelles d’une ou deux étages. Lors de ma troisième visite, j’ai pris une photo, sans me gêner, d’un homme qui était en train de se faire à souper. Il faut dire, quand même, que sa porte donnait directement sur la ruelle!

Nanluogu Xiang - Beijing

Un panneau interdisant la circulation automobile pouvait être aperçu à l’un des bouts de Nanluogu Xiang, sauf que, comme celui sur la photo ci-dessus, personne n’avait l’air de s’en préoccuper…

Nanluogu Xiang - Beijing

À l’heure de la Chine, sur Radio-Canada

Posted on

Tiens, tant qu’à parler de Radio-Can… La SRC présentera au cours des Jeux Olympiques, à la télé et sur le web, une série de reportages « À l’heure de la Chine » réalisés par six de ses anciens ou présent correspondants à Beijing.

Ce midi, à la Première Chaîne, Jacques Beauchamp sur La Tribune (lien pour écouter l’extrait à droite) recevait Raymond Saint-Pierre, Jean-François Lépine et Michel Cormier, pour recevoir les questions d’auditeurs. Alors que sur le carnet à Cormier, les commentaires vont dans tous les sens (et c’est peut-être la nature du web), les intervenants à la radio furent surprenamment bien informés et nuancés. La question la plus intéressante, je pense, venait d’un jeune homme qui se demandait, en citant Adbusters, ce qu’en fait la Chine pensait de l’Occident, en inversant le sujet de comment gérer « montée de la Chine » pour parler que des gens pensants en Chine se questionnant maintenant sur le déclin de l’Occident! (vers la 21e minute)

Fait saillant aussi, s’il en est un, M. Beauchamp qui joue à l’avocat du diable en défiant M. Cormier sur le portrait négatif des médias sur la Chine!

Ensuite, je vous suggère fortement de lire le blogue de Catherine Mercier sur Radio-Canada.ca. Recherchiste-chroniqueuse pour Une heure sur terre, elle parle une coupe de langues, dont le Chinois – mieux que moi, pour avoir enseigné l’anglais dans une école internationale à Beijing en 2006-07. Donc, attendez-vous à une journaliste enthousiaste qui connait bien le pays!

Finalement, pour s’auto-ploguer, je viens de remettre un article sur la scène musicale pékinoise à être publié ce vendredi sur le blogue de Bande à part (voir ces deux articles que j’avais publié sur CLC à propos de Beijing durant mon voyage). Pour ceux qui ne le savaient pas, l’histoire de la musique rock dans la capitale chinoise remonte à au moins le milieu des années 80, et est tout à fait un aspect de la ville à découvrir (et on dit que c’est particulier à Beijing, car Shanghai et Hong Kong, il y a certainement une scène, mais c’est pas très fort).

Mise à jour 2008-08-12: Voici mon article publié par BAP sur la scène rock à Beijing.

Le site Internet de Radio-Canada est accessible en Chine (juillet 2008)

Posted on

Voici que le site du diffuseur olympique national officiel est à nouveau accessible en Chine. En mai, je rapportais dans un billet écrit à mon retour de voyage en Chine, que Radio-Canada venait de se faire rebloquer en Chine, alors qu’on pouvait y accéder au courant du mois d’avril 2008.

Après avoir remarqué la nouvelle sur le déblocage de BBC en chinois, j’ai demandé à des amis à Beijing présentement de voir s’ils pouvaient charger des pages du domaine Radio-Canada.ca. Après vérification, il semble qu’ils peuvent maintenant accéder au site des nouvelles, à la page des Olympiques, ainsi qu’à la page principale, ce qu’on ne pouvait plus faire depuis la semaine du 4 mai 2008.

Cartes postales d’Asie, par Marie-Julie Gagnon

Posted on

Cartes postales d'Asie, par Marie-Julie Gagnon

J’ai finalement fini de lire Cartes postales d’Asie, par la journaliste (communicatrice?) Marie-Julie Gagnon. C’est un récit d’un point de vue très familier, écrit comme des e-mails à ses proches lors de ses voyages. Ça se rapproche peut-être plus du format du blogue, quand on y pense.

Bien que le titre porterait à croire à une distribution égale entre les pays visités par l’auteure, une bonne partie du récit se passe en fait à Taiwan, où Marie-Julie a enseigné l’anglais dans une école catholique à Keelung, une ville à une trentaine de kilomètres de Taipei. Avant de savoir qu’elle avait écrit un livre, j’ai su que je n’étais pas le premier résident québécois à être allé au festival de Spring Scream à Kenting (sur Taxibrousse).

Ses péripéties à Taiwan m’ont rappelé de bien bons souvenirs : même si je n’ai fait que passé à Taiwan (juste sept jours), les marchés de nuit (à propos desquels je vais bientôt bloguer), du bubble tea, des 7-Eleven (ils en font une vraie épidémie là-bas) et des surprenants paysages (Taipei est bâti très plate, et est entourée de montagnes).

C’est disponible chez Renaud-Bray, et je vous le conseille fortement!

De l’activité physique publique pour les Pékinois

Posted on

小关奧林匹克文化广场

Un article que j’ai composé pour Spacing Montréal a été repris par Spacing Toronto hier, notre publication-mère. Vu l’intérêt suscité, le voici traduit en français.

Megan Hall, la correspondante de Spacing Toronto à Beijing cet été vient récemment de signer un article très intéressant sur l’équipement d’activité physique publique dans les parcs et terrains de jeux de Beijing. En avril dernier, je suis resté deux semaines à Beijing, et ai pu moi-même découvrir comment les Pékinois investissaient leurs espaces publiques pour se garder en forme. L’article de Megan m’a d’ailleurs inspiré à parcourir ma collection de photos.

Kicking shuttlecocks outdoor in Beijing

Par exemple, une activité populaire, qui peut être pratiquée simplement sur le coin d’une rue ou un square publique possédant une surface plate assez grande, est de botter des volants (comme on joue au aki ici). Les gens que j’ai croisé dans les diverses instances en train de jouer ressemblaient à des employés de bureau ou de magasin prenant une pause.

Outdoor ping-pong

Vu que le ping-pong est un sport si populaire en Chine, ce n’est peut-être pas surprenant de retrouver des tables pour jouer à l’extérieur, comme sur cette photo prise dans un espace publique près d’un complexe résidentiel.

Beijing

Dans cet autre parc, à juste quelques centaines de mètres du site olympique principal, quelques personnes du troisième âge jouent au croquet entre eux. Le terrain de jeu en question a l’air d’avoir été rénové récemment.