La Célébration du Nouvel An chinois 2008 à Montréal – et Falun Gong

Posted on

Falun Gong à Montréal

Un article de la Presse Canadienne publié le 9 janvier 2008 rapporte la présentation de la très succinctement titrée « Célébration du Nouvel An chinois 2008 » les 15, 16 et 17 janvier 2008. Il ne fait cependant pas la mention des liens, pourtant avoués des organisateurs (voir entrevue du Mirror), avec la secte Falun Gong.

Cet article dans le Los Angeles Times fait état de la controverse aux États-Unis, où la Célébration est appelée Chinese New Year Spectacular. Les organisateurs se défendent que le spectacle soit organisé par le Falun Gong, étant financé par le New Tang Dynasty TV et des donateurs privés. Le problème n’est pas tant le fait que des organisations religieuses, légitimes ou non, organisent des spectacles pour le grand public (qui est libre d’y aller, ou de voter avec ses jambes). C’est plutôt le petit bout d’information manquante qui choquerait les lecteurs francophones qui s’en préoccuperaient.

En fait, mes amis iront à la place (et il y a eu un moment de confusion quand ils m’y ont invité) au « Gala du Nouvel An chinois 2008 », les 2 et 3 février à l’Université Concordia. Contrairement à l’autre spectacle, celui-ci ne semble pas avoir assez de ressources pour se payer un vrai site web à lui (et doit faire de l’auto-stop avec le portail Sino-Québec), ou juste de l’information en français. Les affiches se ressemblent pas mal, en tout cas ?

Continue reading “La Célébration du Nouvel An chinois 2008 à Montréal – et Falun Gong”

Association cantonaise de divertissement pour l’âge d’or

Posted on

LO Ha - Association cantonaise de divertissement pour l'âge d'or
LO Ha, de l’Association cantonaise de divertissement pour l’âge d’or

Samedi dernier, je me suis promené au Quartier Chinois avec mes grands-parents, c’est-à-dire les parents à ma mère. Ça fait plus d’une vingtaine d’années qu’ils se sont installés à Montréal, et le Quartier Chinois est pour eux l’endroit où ils retournent et peuvent évoluer dans leur langue, le Cantonais. Pourtant l’un des deux dialectes les plus parlés par les chinois ayant immigré outre-mer avant l’ouverture de la Chine continentale, le Cantonais n’est cependant parlé que par 80 millions des 1,4 milliards de Chinois. Mais au Quartier Chinois de Montréal, comme c’est le cas de plusieurs quartiers chinois à travers le monde, le Cantonais est encore une langue dominante dans la plupart des commerces.

Avec eux, nous avons fait le tour des pharmacies (occidentale, cette semaine), épiceries et cafés, en s’arrêtant au milieu par un lieu tout à fait invisible de la rue, l’Association cantonaise de divertissement pour l’âge d’or. L’Association se trouve située sur De La Gauchetière, à quelques numéros à l’Est de St-Urbain, au sous-sol d’un édifice à l’entrée mal éclairée.

Comme son nom l’indique, l’Association est un club de l’âge d’or. La porte de vitre y menant, avec les heures d’ouverture de l’endroit, dessus accrochées, aurait pu être celle d’un restaurant ou d’un vieux commerce de brocante, mais au bas des escaliers se cache un surprenant temple chinois. Mon grand-père me dit au passage que les touristes en visite au Quartier Chinois s’arrêtent régulièrement à l’Association, qui ressemble plus à un temple qu’à un club social.

« Ça fait depuis 1980 que je suis au Canada », me raconte Lo Ha, l’homme d’une soixante-dizaine qui semble être le gérant de l’endroit, après quoi il échange avec mes grand-parents et autres gens présents cet après-midi. On va d’un cantonais brisé (le mien) à un français tout autant brisé (plutôt le sien) tout au long de notre conversation.

L’accent de M. Lo, en chinois, aux tons nasillards m’avait d’abord porté à croire qu’il était un Chinois ethnique du Vietnam. Il était en fait originaire du Laos, pays sans littoral de l’Asie du Sud-Est. En 1980, cinq ans après avoir vécu dans un camp de réfugiés en Thaïlande, il immigra à Montréal avec ses 11 enfants et au total 32 membres de sa famille. Il m’a ensuite écrit le nom de leur ville d’origine au Laos, 他曲 (Ta Qu en Hanyu Pinyin, Thakhek en Laotien) dans la province du 甘蒙 (Khammuan). Une recherche sur Google est de mise.

Les ancêtres de M. Lo viennent de 三水 (San Shui) dans le Guangdong qui fait maintenant partie de la super-agglomération de 佛山 (Foshan, ou Futsan en cantonais), dans les environs de la capitale provinciale de 廣州 Guangzhou (Canton), et là d’où viennent également mes grand-parents.

Guan Yu 關羽
Une statue en marbre blanc de Guan Yu (關羽)

Trois statues en marbre blanc, représentant Guan Yu (le héros des Trois Royaumes), Tian Hou (aussi appelée Tin Hau, que je connais à cause de la station de métro et du lieu de culte duquel elle a été baptisée, à Hong Kong), et une déité que je ne connaissais pas, prennent place sur une table où se bousculent plantes vertes, jarres d’encens et collations chinoises en offrande. Dans une salle à l’arrière du local, immanquablement, des hommes âgés passent le temps autour d’un jeu de dames chinoises.

110B Rue de la Gauchetière O. 514-878-1551

Regarde les Chinois : HUNG Ting Kwan 洪挺堃

Posted on

HUNG Ting Kwan 洪挺堃

Regarde les Chinois est une section de ce blogue, à travers laquelle nous rencontrons des gens de la communauté chinoise de Montréal, et qui proviennent de différents horizons. Nous nous entretenons cette fois avec Ting Kwan HUNG, qui fut jusqu’à décembre 2007, le coordonnateur des bénévoles au Service à la Famille Chinoise du Grand Montréal (SFCGM), un organisme communautaire basé dans le Quartier Chinois. Originaire de Hong Kong, et un Newyorkais durant de plusieurs années, il quittera Montréal, où il a vécu pendant quatre ans, pour d’autres cieux d’ici l’arrivée du printemps.

Regarde les Chinois is a section of this blog through which we meet people of the Chinese community in Montreal and who come from different horizons. This time, we are speaking with Ting Kwan HUNG, who was until December 2007, the volunteer coordinator at the Chinese Family Service of Greater Montreal (CFSGM), a non-profit organization based in Chinatown. Originally from Hong Kong, and New Yorker for many years, he is leaving Montreal in a few months after living here for four years.

Language of the interview / langue de l’interview: English / anglais (quoique Kwan parle aussi un français impeccable).

Continue reading “Regarde les Chinois : HUNG Ting Kwan 洪挺堃”

Le Journal de Montréal, Chinese-style

Posted on

Nan Fang Du Zhi Bao - Bloody pileup in Guangdong province

Pour ce qui est de la page couverture choc, les journaux chinois ne font définitevement pas dans la dentelle. L’un des quotidiens chinois souvent cités pas les blogs Danwei et EastSouthWestNorth, le Southern Metropolis Daily (南方都市报) basé à Guangzhou (Canton) fait sa une d’aujourd’hui avec un carambolage monstre survenu dans l’ouest de la province méridionale du Guangdong. En grosses lettres style Journal de Montréal, on peut y lire en chinois “11 morts, 11 blessés”, même si dans l’article de Danwei, on rapporte en fait qu’un des morts n’était que blessé (le SCMP rapporte 11 morts, 30+ blessés). La photo, elle, est en langue universelle…

With respect to shocking front pages, Chinese newspapers definitely aren’t novices. One of the Chinese newspapers frequently cited by blogs Danwei and EastSouthWestNorth, the Southern Metropolis Daily (南方都市报) based in Guangzhou does its front page with a gigantic pileup that occurred in the west of the southern province of Guangdong. In big letters, Journal de Montréal-style, it reads in Chinese “11 deaths, 11 injured”, even though in Danwei’s article, they revised that one of the dead was not (the SCMP says 11 dead, 30+ injured). The photo, on the other hand, is in universal language…

Eve & the Fire Horse à Montreal, 19 janvier 2008

Posted on

Eve and the Fire Horse

Eve and the Fire Horse (2005), de la réalisatrice canadienne d’origine chinoise Julia Kwan, sera présenté le samedi 19 janvier 2008 à 19 h à la Cinémathèque Québécoise (335, boul. De Maisonneuve Est, métro Berri-UQAM, sortie Maisonneuve). Il s’agit de la première des projections mensuelles de films asiatiques organisées par l’organisme Ciné Asie fondé par Mi-jeong Lee (elle est aussi connu comme étant la co-programmatrice du volet asiatique du festival Fantasia). Un atelier gratuit sur le maniement de la caméra est également présenté à partir de 17 h.

Eve and the Fire Horse (2005) by Chinese Canadian director Julia Kwan will be presented on Saturday January 19th at 7pm at the Cinémathèque Québécoise (335, boul. De Maisonneuve Est, métro Berri-UQAM, Maisonneuve exit). This is the first monthly asian film screening organized by Mi-jeong Lee’s Ciné Asie (she is also known as the associate programmer for Fantasia‘s Asian section). A free workshop on camera handling is also presented starting at 5pm.

Facebook: http://www.facebook.com/event.php?eid=9798535990

Le Quartier Chinois de Montréal en 1984

Posted on

Boulevard St-Laurent 1984

Il a presque fallu que je torde un bras à mon père pour qu’il mette ces photos sur Flickr, et ça en a vraiment valu la peine. Depuis le Boxing Day, il a passé le plus clair de son temps à scanner nos diapos de famille, incluant quelques unes du Quartier Chinois de Montréal en 1984. La première ci-dessus nous montre le bloc sur St-Laurent, just au sud de De La Gauchetière, où se trouve présentement la rôtisserie et déli chinois, avec les escaliers desservant le sous-sol de l’immeuble en moins. Le restaurant Joy Inn au deuxième étage fait la publicité de ses portions de dim sum pour aussi peu que $0.85, tandis que le magasin de cadeaux Wah Fung a déjà pignon sur rue, avec un Bruce Lee dessiné sur son enseigne rouge et jaune.

Hong Kong existait déjà en 1984, mais était autrefois une épicerie sur De La Gauchetière, entre St-Laurent et St-Dominique, se rappelle mon père. Le magasin appartenait à la famille 馬 (Ma), qui possédait également la poissonnerie et boucherie Kowloon. Les deux magasins se trouvent sur le côté droit de la rue sur la prochaine photo, et déménagèrent sur St-Laurent quelques années plus tard, là où mes souvenirs d’enfance se rendent.

Rue de la Gauchetière au Chinatown 1984

1984 fut également l’année d’inauguration de deux nouveaux projets d’habitation au Quartier Chinois, un sur St-Urbain et Dorchester (maintenant René-Lévesque) et un autre sur St-Dominique et De La Gauchetière. D’un autre côté, d’autres projets de contruction, comme le “Centre Chinatown” (voir prochaine photo), au-delà de l’emplacement présent de la porte est du Quartier Chinois, n’ont jamais vu le jour et disparu de l’imaginaire des gens.

Rue de la Gauchetière et Rue Anderson 1984

An English version of this article was published on Spacing Montreal.

Non, non, non, c’est pas comme ça

Posted on

[youtube]http://ca.youtube.com/watch?v=xKuy1n1TSZs[/youtube]

Sadly enough, the name of this blog comes from a pop song from the 80s. As I was growing up in a Montreal suburb, Mitsou was the hottest star around. Her blond hair, generous shapes, made her the queen of kitsch. But as a boy of Chinese origin, it was her “Les Chinois” song that caught my attention.

Typically, schoolmates would nag me with it, and I would not exactly get it. In it, Mitsou Gélinas tells her lover to quit treating her badly, and to look at the Chinese. Look at the Chinese? For their superior skills? Their outstanding abilities with chopsticks? Their intense gaze accentuated by their slanted eyes? Seriously, what was it all about?

It was alright, because it was Mitsou. She evolved quite nicely in the past years, from being the target of all blonde jokes in Quebec, to a multi-talented radio host, and even television host of her own show about Quebec on the English-language CBC Newsworld called “Au courant”.

The topic of this online publication is alas not Mitsou. Aside from occasional rants, I wanted to offer a separate space, eventually collaborative, for Chinese culture in Canada, Quebec, and in both official languages. I often wanted to find news about the Chinese community here in Montreal, and rarely found it. English-language publications spend sensible time covering the Chinese community, but how about French-language ones?

My personal blog, Smurfmatic, frequently spoke about Chinatown, businesses, and heavy stuff like issues of Chinese identity / multiculturalism, and lighter things like current pop stars in the country of my ancestors. “Comme les Chinois” will try to be that, and beyond!

***

C’est assez triste que le nom de ce blogue dérive d’une chanson pop des années 80. En grandissant dans une banlieue de Montréal, Mitsou fut certainement la plus populaire des stars de l’époque. Sa crinière blonde, ses courbes généreuses en fit la reine du cheesy. En tant que p’tit garçon d’origine chinoise, ce fut cependant la chanson « Les Chinois » qui frappa mon imagination.

En général, c’était mes camarades de classe qui me niaisaient avec, sans que j’en comprenne quoi que ce soit. Dans la chanson, Mitsou Gélinas chante à son amant d’arrêter de la maltraiter et de garder les Chinois à la place. Les Chinois? Pour leurs aptitudes supérieures? Pour leurs habiletés incomparables à manier les baguettes? Leur regard intense accentué par ces yeux bridés? Vraiment, c’était quoi l’affaire?

C’était ok, parce que c’était Mitsou. Elle s’est transformée plutôt bien dans les dernières années, passant de la cible de toutes les blagues de blonde dans la province à une artiste polyvalente, ayant même sa propre émission « Au Courant » sur le Québec à la chaîne anglaise CBC Newsworld.

Le sujet de cette publication en ligne n’est malheureusement pas Mitsou. À part les diatribes occasionnels, je voulais proposer un espace, éventuellement collaboratif, sur la culture chinoise au Canada et au Québec, et dans les deux langues officielles du pays. J’ai souvent cherché des nouvelles sur la communauté chinoise à Montréal, sans trouver.

Mon blogue personel, Smurfmatic, parle fréquemment du Quartier Chinois, de ses commerces et sujets complexes comme l’identité chinoise et le multiculturalisme, et de choses un peu plus légères tels les stars pop chinoises. « Comme les Chinois » tentera d’être tout ça, et plus!