67e édition du tournoi de volleyball invitation chinois d’Amérique du Nord à Montréal

Posted on

Mon frère participera avec son équipe à un grand tournoi de volleyball qui réunira à Montréal plus de 1500 joueurs d’origine chinoise de partout en Amérique du Nord, lors de la fin de semaine de la fête du travail.

L’histoire de cet événement est très intéressante. Le tournoi avait d’abord été fondé par des travailleurs d’origine chinoise de Boston et de Providence en 1935. Des équipes de partout aux États-Unis et au Canada ont joint la compétition au fil des années. En 1986, Montréal a accueilli son premier tournoi, marquant le début d’une rotation entre six villes.

Le fait qui frappe le plus? Pour être admise au tournoi, deux-tiers des joueurs d’une équipe doivent être “100% chinois”.

J’étais déjà assez fasciné lorsque mon frère m’a dit que le tournoi avait réquisitionné le Palais des congrès de Montréal. Ce n’est pas quelque chose qui m’attire d’emblée (étant tellement un grand sportif), mais je ressens une certaine fierté de savoir que Montréal a une communauté chinoise jeune (que je ne connais pas vraiment), et qui a les reins assez solides pour organiser un événement d’une telle ampleur.

Comment est-ce que j’écoute la série Canadiens-Bruins à Hong Kong ?

Posted on

IMGP9052

Je me lève à 7h du mat, j’allume NHL Gamecenter Live sur mon téléphone, et je regarde le Twitter en même temps.

Comme NHL.com n’offre que des feeds américains, j’y vais all-in avec l’offre de NESN. 🙂 C’est beau de les entendre rager.

Je me fais des toasts et me prends un thé.

La finale de la Coupe du monde à 4h du mat

Posted on


Vidéo à la mi-temps du lieu où j’ai regardé le match

La finale s’est terminée à 5h00 pile et je suis rentré chez moi dormir vers les 5h10. Les Rouges (en bleu marin, ce soir) l’avaient emporté sur les Oranges.

J’ai regardé le match sur la terrasse du bar-restaurant Lung Kong, au bord du petit port de la Baie des banians (Yung Shue Wan) sur l’île de Lamma, avec une trentaine de téléspectateurs avertis (qu’ils allaient être groggy le lendemain), pour la plupart des expatriés de toutes nationalités, mais aussi des Hongkongais.

La foule était surtout derrière les Pays-Bas, les négligés de la joute, je crois. Le type assis à côté de moi, un Irlandais vêtu d’un t-shirt orange vif, était convaincu que l’Espagne aurait le dessus. Et ce fût le cas à la 116e minute, sur le but d’Iniesta, qui nous assurera qu’on n’aura pas besoin de se taper en plus les tirs de barrage. Il était déjà 5h moins dix à ce moment là…

Ambiance au village

Avant le match, les ruelles de Lamma (un village, au sens propre du terme) avaient les allures de film de zombies. L’autre soir (ou nuit), en route pour voir Allemagne-Espagne, j’avais sursauté à un coin de rue de chez moi, lorsqu’un voisin a ouvert sa porte et est sorti juste devant moi, alors que j’avais l’oeil concentré sur l’appli Twitter de mon smartphone.

La scène était assez surréaliste ce soir aussi, avec des gens dans leurs habits de nuit pataugeant à travers les étroites rues de campagne pour se rendre au bar sportif le plus proche. Un nombre impressionnant de commerces qui n’étaient pas ouverts pour les demi-finales, l’étaient ce soir : un proprio de dépanneur du coin était en poste, regardait le match sur sa télé 18″.

Au retour, il y avait encore plus de gens dans les rues, décidés à retourner chez eux le plus vite possible. Ça a sûrement été un lundi matin difficile pour beaucoup de monde en Asie de l’Est.

Suite et fin

Mon équipe, la Corée du Sud, est passée proche de faire les quarts de finale. Je crois qu’elle a atteint ses objectifs de passer en ronde éliminatoire.

Ce fût un plaisir de bloguer pour celle-ci, même si je ne suis pas d’origine coréenne. Cette équipe me captive depuis son parcours incroyable de 2002 (demi-finale perdue à l’Allemagne) et me gardera sans doute captivé pour les années à venir.

Ce blogue a aussi certainement été d’un fun rare à écrire. Merci à l’équipe de Radio-Canada Sports et de Radio-Canada.ca.

Sur ce, à la prochaine peut-être !

Cet article fût mon dernier à être publié pour mon blogue de la Coupe du monde (Corée du Sud) sur Radio-Canada.ca.

Blogue sur Radio-Canada.ca pour la Coupe du monde

Posted on

À défaut de voir la Chine (peu importe la dénomination République populaire, Taipei, ou Hong Kong) être représentée dans la ronde finale du tournoi de la Coupe du monde, je vais bloguer pour la Corée du Sud dans le cadre de la section « 32 blogueurs » du site FIFA 2010 de Radio-Canada Sports. Voici le lien:

http://blogues.fifa.radio-canada.ca/KOR/

Je vais essayer (du mieux de mes capacités de fan de hockey) de commenter les performances des tigres de la péninsule coréenne, mais surtout d’essayer d’apporter de l’agrément hors-terrain en direct de Hong Kong, et de Montréal, où je passerai en vacances du 16 au 28 juin.

Vous pourrez par exemple lire ma vignette sur Nintendo World Cup, le jeu qui m’a plus marqué que la Coupe du monde elle-même, lorsque j’étais ti-cul en 1990-91. J’ai aussi une entrevue avec un fan de Man Utd et de ce qu’il pense de Park Ji-Sung, le Crosby (et bien plus) de l’équipe sud-coréenne.

Ça se dit comment « Go Habs Go » en chinois ?

Posted on

Habs in Hong Kong
En 2008

GO加人隊GO!

Complètement en chinois, ça pourrait donner:

加人隊加油!

加拿大人隊 = Canadiens, L’équipe

加拿大 = Canada

加拿大人 = Canadiens

加人 = Abbréviation de Canadiens — p-ê ça sonne mieux (mon papa me dit que ça pourrait aussi être 加拿大國民隊, qui se traduit un peu comme Peuple Canadien)

隊 = Équipe

Donc en langage parlé? En putonghua/mandarin, ça donne Jia Ren Dui. En Cantonais, on obtient Ca Yan Dui. Litéralement : “Ca(nada) Personne Équipe”.

加油! = Go! (JiaYou / Ka Yao)

Le plus meilleur fan de Canadien à Hong Kong : http://www.cbc.ca/video/#/News/Local_News/Montreal/ID=1490358230 (mauvais vidéo la dernière fois)

(Une fille de la Chambre de commerce canadienne de Hong Kong me dit qu’un bar dénommé « Champs » à Wan Chai offre des parties le matin. Mais je suis sceptique.)

Addition: 聞到杯味 (En putonghua/mandarin : wen dao bei mei — sentir peux coupe odeur — j’arrive à sentir la coupe — ÇA SENT LA COUPE)

Hockey: Comment suivre Canadien à Hong Kong

Posted on

IMGP5011

IMGP5012

La dernière fois que Canadien a gagné une série, j’étais également à Hong Kong, en vacances là-bas cette fois-là. On a cherché à voir des matchs sur une télé, en direct avec d’autres fans finis du Bleu-Blanc-Rouge, mais on s’était heurté à des serveuses grincheuses qui venaient d’ouvrir leur établissement de Lan Kwai Fong, le quartier de bars pour expatriés. On a découvert plus tard, cet hiver, que ces mêmes bars étaient ouverts pour des événements vraiment spéciaux comme le Super Bowl (qu’on a vu au Bulldog’s à Lan Kwai) et la finale Canada-É-U (dans divers bars expats de la ville, selon cet article écrit par notre amie Virginia de CNNGo.com).

Je ne sais pas si ça changera pour une finale de la Coupe Stanley Montréal-Vancouver (ha-ha), ou advenant que le Toronto fasse les séries une autre année (ha-ha-ha-ha). J’avais posé la question à Andrew, un gars de la Chambre de commerce canadienne de Hong Kong (la plus grosse en son genre ici), et il n’avait pas l’air d’avoir d’idée précise du tout.

Donc, pour répondre à la question, comment donc suit-on Canadien d’ici? D’abord on se couche tôt le soir d’avant: il y a un décalage de 12 heures l’été, et un match à 19h en heure avancée de l’est, ça veut dire 7h du mat en heure de Hong Kong. Un match le vendredi ou samedi, ça va toujours, parce qu’on peut se traîner entre le lit et la table du salon en pyjamas, mais les journées de semaine, ça veut dire beaucoup d’organisation. On doit se lever à 7h, et en se rendant au travail, “regarder” sur son téléphone la première période jeu par jeu sur NHL.com (on finit par s’habituer au real-time scoreboard), ou sur le feed audio de CKAC (http://208.80.52.176/CKACAMAAC). On arrive au bureau vers 8h00-8h30, et on suit comme on peut le reste du match sur un feed vidéo quelconque du coin de l’oeil.

Et pis y’a toujours Facebook et Twitter. Sur ce dernier, on aime bien suivre Sportnographe, Fagstein, et le toujours réputé Denis Coderre. Et si on veut faire la fête avec la foule même si on est pas là? On regarde du côté des scanneurs de fréquences radio, ou bien on se trouve une webcam publique.

Listening to the game

Posted on

Canada-USA on i-Cable in Hong Kong
Celebrating Corey Perry’s goal, Canada’s second

2nd intermission. 2-1 for Canada vs. USA. Unlike an all-star game, you can imagine, players are playing competitively and hard-hitting like there was no tomorrow. Take into account that this is Canada and the US, two teams known traditionally for their physical play.

How is it, watching the game here in Hong Kong? First of all, there is an official (non-pirated) live Web feed provided by i-Cable Sports, as shown on the picture here above. Unfortunately, the feed mysteriously interrupts at various random moments that are not for advertisement (unless it’s timed advertisement for the Hong Kong Olympics provider). That’s not really nice, and I hope that the actual television feed isn’t as such. It stopped just one second before Toews’ first goal for Canada.

The commentary on the i-Cable feed comes from England, and the commentator is experimented (knows his hockey vocabulary), but you are not necessarily used to this accent. Like soccer with an American accent. Color commentary is given by a guy presumably North American.

Otherwise, some people might be in bars in Wan Chai watching the game on a real TV, reports CNNgo. On Lamma, where I live, one of the co-Canadian-owned bars, the Island Bar, said that they were not planning to show the game.

Edit (later that day): We won the game, in OT, but I missed the goal as I was making breakfast, and i-Cable interrupt just two seconds after it went in.

Carey Price aux nouvelles sportives sur TVB Pearl !

Posted on

Carey Price!

Au fil des défaites à plate couture et des victoires à la pelle en temps supplémentaire, je suis mon équipe tout aussi passionnément de l’autre bout du monde. Tandis que des American-born Chinese prennent pour les Angels de LA, et que la plupart des Hongkongais friands de sports contemplatifs (et pour les gageures) préfèrent leur English Premier League, les Canadiens de Montréal demeurent mon équipe de sport préférée.

Je rencontre à l’occasion des Québécois (ou néo-Québécois même) expatriés à Hong Kong avec lesquelles j’échange sur la maudite blessure à Markov ou la passoire à Price (qui a bien joué hier), mais le culte pour mon club se pratique généralement seul.

Et à l’occasion, on lit les dernières nouvelles (vieilles de 36 heures) du Canadien dans le SCMP, journal en anglais lu généralement par la soit-disant élite, ou bien on voit apparaître Carey Price sur notre petit écran au moment où on s’y attend le moins. C-à-d à la toute fin des nouvelles sportives.

Le club de pétanque de Hong Kong

Posted on

Hong Kong Pétanque Club

Hong Kong Pétanque Club

Hong Kong Pétanque Club

Boules de pétanque

Hong Kong Pétanque Club

C’est en marchant avec une Québécoise vivant sur l’Île de Lamma que j’ai découvert le Hong Kong Petanque Club (anglo pour l’internationalisme, mais français de fondation). J‘aurais pensé trouver un club de boulingrin avant un club de pétanque sur ce territoire pourtant anciennement britannique.

Le club existe depuis 2007 et a été fondé par Éric, un Parisien originaire du sud de la France. Le club se réunit tous les dimanches au village de Tai Peng (大坪) sur Lamma, mais des parties peuvent être organisées par le club à tout autre moment. Quand je me suis présenté dimanche dernier vers 17h, il y avait une bonne dizaine de joueurs.

Carol Huynh wins first olympic gold for Canada

Posted on


Photo: Jeyhun Abdulla/Associated Press.

Eh bien, finalement une médaille pour le Canada! Et je me demandais bien si elle était d’origine chinoise: selon un article dans le Vancouver Sun, son père Viem est effectivement un Chinois du Vietnam. “Huynh”, ça donne “Huang” en mandarin ou “Wong” en cantonnais (黃, c’est le caractère pour “jaune”) – le même nom de famille que ma mère.

Mise à jour: En me réveillant le matin, j’apprends qu’elle a gagné l’or en battant la championne du monde Icho! L’or, en chinois, ça s’écrit 黃金 (huáng jīn), ou “jaune métal”!

***

Finally a medal for Canada! And I was wondering whether she was of Chinese origin, and according to a Vancouver Sun article, her dad Viem is indeed Chinese from Vietnam. “Huynh” gives “Huang” in mandarin, and “Wong” in Cantonese (黃 is the character for “yellow”) – my mother’s maiden name.

Update: As I woke up this morning, I find out that she wins gold by beating the wold champion Icho! Gold, in Chinese, is written 黃金 (huáng jīn), or “golden metal”!

Hats Off to Jujie

Posted on

Luan Jujie

Nope, Canada hasn’t won a single gold medal yet. One of the feel-good stories for Canada prior to the Games has been Luan Jujie, the Chinese-Canadian fencer who won Olympic gold in Los Angeles in 1984, while defending China’s colours (see article and video on Radio-Canada.ca).

My friend Rob Parungao used to fence, and his coach in Vancouver is a good friend of Luan, who now resides in Edmonton. He met her when she came to town for workshops. Rob has a new blog called When we see the Ocean, and he wrote about his encounter(s) with the fencer:

As I’m pretty good with kids I remember playing with her two daughters and son a lot back when they were kids since Paul, Mike and Jeremy were pretty much content hanging out in her basement listening to music and chatting. I remember her six year old Jerrica was rally outgoing had a crush on me which was kind of cute and her other daughter Jessica had Down’s syndrome. Her son was kind of quiet, but I won him over by giving him most of my Halloween candy which made him open up to me a bit.

Here, go check out the entire article.

The Olympic torch relay in Hong Kong through the eyes of an Overseas Chinese

Posted on

Olympic torch in Hong Kong - May 2, 2008

This is the photo of a crowd surrounding a reporter from TVB, Hong Kong’s top television channel, during the Wan Chai portion of the torch relay in Hong Kong.

A very happy crowd assembled along Hennessy Road, the main artery passing through the centrally-located district of Wan Chai, nearby which are several Hong Kong landmarks, like the Convention Centre. Flags of China were flying or drapped around bodies and umbrellas, among Samsung flags.

I was semi-expecting protesters, because of my exposure to Western press, but coming from a regular proudly-Chinese family, I should’ve known better, that it wasn’t in Hong Kong that you would see dissent.

There was a single occurrence of disruption, fifteen to thirty minutes before the torch’s passing, on Luard Street (perpendicular to Hennessy), at least 15 to 20 meters behind the crowd: a young blond-haired Caucasian male in a yellow t-shirt made a ruckus with the crowd. I never figured out what happened, and it was quickly suppressed by the crowd within a minute. Ten minutes after the torch passage, and after the crowd more or less dispersed, there was a police van barging in on Luard Street, with photographers snapping whatever they could through the van’s fenced windows.

Olympic torch in Hong Kong - May 2, 2008

Ironically, of the 300 pictures snapped yesterday, this previous pic is the only of two good ones that I managed to get. The carrier looked like some big business person or local politician. Only 40-something percent (approx number from memory) of the runners in Hong Kong were sportsmen, lower than at relays in St Petersburg and San Francisco.

Other than that, there was nothing worth mentioning. The best is to look at this Flickr set of pictures of the event, or check at these chosen pics below.

Continue reading “The Olympic torch relay in Hong Kong through the eyes of an Overseas Chinese”