Qingyuan 清遠: Niuyuzui music festival (2 of 2)

Posted on

On the second day of our mini-trip to Qingyuan (see part one), we took a taxi to the natural park of Niuyuzui, a scenic location 30 minutes from Qingyuan City to attend the 2010 Niuyuzui music festival on July 18th, 2010.

Niuyuzui Music Festival in Guangdong 牛鱼嘴音乐节
2010 Niuyuzui Music Festival in Guangdong 牛鱼嘴音乐节

WangWen at Niuyuzui
WangWen 惘闻 (Dalian)

It was a hot day
It was a hot day in South China…

Zhaoze at Niuyuzui
Zhaoze 沼澤 (Guangzhou)

Ourself Beside Me at Niuyuzui 2010
Ourself Beside Me (Beijing) (This is Yangfan, lead singer of OBM)

IMGP7429
People attending the Niuyuzui festival

The previous night, we stayed in the city because of the heavy rain, and did not see many of the bands scheduled to play. The good thing is that all the bigger acts of Saturday, which included WangWen, Hedgehog, and American band Caspian, were all squeezed in on Sunday night! At RMB80 (CAD12) for the day pass, we had at least 6-7 major bands on the Chinese indie scene!

It rained the night before, so it was just a slightly fresher summer day in South China. People didn’t really start showing up until the late afternoon, after two post-rock bands, along girl-fronted Ourself Beside Me played. Go Chic from Taiwan literally lit up the place, but that was already after I stood up previously for two entire sets, especially for Ourself Beside Me, who I saw in Beijing in 2008. They were missing a band member, and had a new one (a guy) on keyboards.

Toddler drinking Pepsi
Toddler drinking Pepsi

Go Chic at Niuyuzui
Go Chic (Taipei)

Niuyuzui Music Festival in Guangdong 牛鱼嘴音乐节
Night falling on festival-goers

IMGP7455

Caspian at Niuyuzui 2010
Caspian (USA)

Niuyuzui: La fille du fan club de Caspian avait son iPad au show
Caspian fan club girl flashing her iPad

Caspian had their local fan club at the festival. They wore red t-shirts emblazoned with the band’s name, and even carried an iPad with an app that displays banner announcements… And now I wonder when the day will come when we get digital displays malleable enough to be built in your clothing, say.

Hedgehog at Niuyuzui 2010

Hedgehog at Niuyuzui 2010
Hedgehog (Beijing)

Hedgehog at Niuyuzui 2010

Balloon!

I had to catch a bus, so left Niuyuzui at around 9:30PM. It was a Sunday night, and I had to work early the next morning, and about 4 hours (which turned into 5 because of traffic in GZ) separated us from Hong Kong.

The last band was Hedgehog, a indie rock “noisepop” trio that I had been listening to a lot in the past few months. They played right after Caspian (post-rock), and was another band that definitely woke the crowd up, as you could see in the pictures here above (and there was a mosh pit too). Their tiny drummer girl was hitting away, while her two band mates stood coolly while the crowd did most of the moving.

We left, and our friends stayed behind for the bands that they wanted to see, Pet Conspiracy. Unfortunately, I was told that they played about three songs and had to leave (the organizers had to squeeze in all of Saturday’s bands). There was Brain Failure and the Subs too, but one of them cancelled, and I forgot which it was.

The last part of the evening was Carsick Cars, perhaps the biggest name in Chinese rock right now. But they played at 1:30AM, two hours and a half after they were normally scheduled for… My friend said that they were a bit underwhelming, as the crowd was then dead tired at this point. But they did sing their hit Zhongnanhai

La construction de la nouvelle Plaza Swatow : une histoire de 2007 à 2010

Posted on

The new and the old Swatow 長盛
Septembre 2007

Swatow Plaza - May 2008
Mai 2008

Plaza Swatow - March 2009
Mars 2009

Plaza Swatow, 2009-05-29
Mai 2009

Plaza Swatow - December 2009
Décembre 2009

La Plaza Swatow dans le Quartier chinois ouvrira ses portes au grand public le 1er août 2010. Il aura fallu près de trois ans, entre le moment où la pancarte annonçant la construction du centre commercial aux vocations multiples (un resto, un supermarché, du stationnement, des petites boutiques et de l’espace à bureaux) n’eût été posée et son inauguration.

Au fil des années, je me suis interessé à ce projet qui promettait de revitaliser un Quartier chinois aux trous béants et de plus en plus mis au défi par le deuxième Chinatown qui se développe aux abords de l’Université Concordia, loin de l’establishment d’origine cantonaise et hongkongaise.

La Plaza Swatow s’appelle 長盛廣場 (Changsheng Guangchang) en chinois, ce qui veut dire longue prospérité, alors que « Swatow » c’est l’ancienne romanisation de la ville portuaire de Shantou. Au delà des noms, ce centre commercial, qui a bien l’intention de durer, est la première construction majeure dans le Quartier chinois depuis celle du complexe Guy-Favreau et la Place du Quartier en 1983.

Cet article est également publié sur le blogue Spacing Montréal.

Qingyuan 清遠: Far and refreshing (1 of 2)

Posted on

(See part two, when we go to the Niuyuzui music festival outside Qingyuan…)

IMGP7239
Qingyuan 清遠, off Bei Men Jie

IMGP7211
Crossing over from the Shenzhen special economic zone

IMGP7218
Underwater bus

Qingyuan. A few weeks, we started off on a bus from Luohu, at the border with Hong Kong over in Shenzhen, on our 36-hour adventure to Qingyuan, a little town of 3-4 million people about 60 km north of Guangzhou. It was a 4.5-hour bus ride to start with.

We were planning to go to a rock music festival, in some national park 30 mins drive from Qingyuan. The Shanshui (because there was mountains and water at the said park) music festival in Niuyuzui was poorly documented, with almost no infos in English. But many, if not all, major names of the Beijing rock scene, like Carsick Cars and Hedgehog, along with many other ones from Guangzhou like Yufeimen and Zhaoze, came down to rock Niuyuzui, which is some kind of nature reserve run by the Chinese Academy of Sciences.

On the first day, we planned to catch some shows in the evening, once we got to Qingyuan, but Typhoon Conson (which directly hit the nearby province) totally disrupted our plans. Our bus ride became one of the most exciting ones I’ve ever taken in my life in the last 30 minutes or so, with rain literally putting our vehicle underwater. We arrived, met our friends who took the previous ride, and just decided to postpone music listening to the next evening.

IMGP7238

IMGP7252

IMGP7251

One of the nice things about Qingyuan was that it is in mainland China, and yet is not Shenzhen, Dongguan or Guangzhou. It is actually a relatively small city, not a gigantic sprawl, and where it is possible to take pleasant walks.

After giving up on the concert for Saturday night (there was a power outage at Niuyuzui from 7PM and on), we wandered the streets to find a place to sit down. We were staying in a pedestrian alleyway called Guojin (國金), right by the commercial street of Bei Men Jie (北門街 or North Gate Street). Walked, but did not buy. Things are probably not marginally cheaper than in Hong Kong’s street market, I assume.

IMGP7271

IMGP7275

After getting some drinks and pastries at a corner bakery, we found Ali Baba’s cavern! It’s a liquor store, selling liquors in jars. The quantities were counted in kilos (for a few yuans per kilo), and the store owner would only put them for you in recycled 1 litre soft drink plastic containers (so bring your own cup). Our friend bought one black rice liquor (tasted like toasts, in my opinion), and a plum one. I was a bit absent-minded and forwent buying any.

I don’t have the address, but it was maybe 100-200m on the main road from the city’s main bridge, just off the city square/park. In Chinese, it’s called the Chongqing Three Gorges Liquor Store. In fact, the owner is a Chongqing-er, like one of the friends who came on the trip, and who was all happy to speak her own dialect in deep-down Guangdong province.

IMGP7276

We found a fruit store, bought some fruits, and then found a bar by the river, which showed WWE, offered 12 cans / 100 RMB “specials”, and which had dice and barbecue from the nearby store.

We ended the night searching and finding late night snacks (barbecue, of course), before rolling back in taxi to our hotel beds.

IMGP7294
Slipped under every door. Not my friend for the night.

IMGP7290
This was my friend for the night

IMGP7304
View from the balcony of Guojin hotel

IMGP7296
Hotel room, with a computer

On Sunday, we met after 1PM, and set off to find a way to reach our festival, along… the famous Qingyuan chicken…

IMGP7337

IMGP7339

IMGP7330

IMGP7333

After going to the city’s new bus station (south of the river), we walked around for 15-20 minutes, before finding something that suited our tastes on one of the back streets. The place we went to was called the 水哥大牌档 (Brother Water Dai Pai Dong). We ordered chicken (from Qingyuan, so it tasted really really fresh), served with pepper and coriander. We also had fried beef with bitter melon, another light Chinese cucumber salad, and a mapo tofu…

Read part 2 of 2

Pas de Fantasia cette année, mais quand même

Posted on

Depuis 2003, je n’ai manqué Fantasia qu’une seule fois, et c’était en 2005 lorsque j’étais justement en voyage à Hong Kong. Les autres années, j’allais voir invariablement plus d’une douzaine (deux douzaines parfois) de films, entre films occidentaux weird et pas rapport, films d’horreur asiatiques ou italiens/espagnols/etc et autres blockbusters hongkongais présentés en primeur. (Voir ce que j’ai écrit sur smurfmatic.net par les années passées)

Ma liste de 2009 est représentative de ce que je souhaite voir année après année. Mais dans ce que je finis par voir, s’ajoute toutes sortes de films que mes amis choisissent également d’aller voir.

C’est un peu con, si vous voulez mon avis, d’amalgamer films asiatiques et films de « genre ». Par contre, dans la réalité de Montréal, on ne peut pas espérer attirer des foules pour un festival de films uniquement asiatiques. Surtout pas pour obtenir un festival d’un tel volume et d’une telle ampleur comme Fantasia. Avec sa centaine de films et deux salles de plus (l’Impérial et le Rialto) Fantasia reprend donc où il avait laissé, pré-rénovations de l’Impérial, qui avait forcé le festival à déménager à Concordia.

Dans l’est du Canada, Fantasia est sans pareil. Même à Toronto, le festival de films asiatiques, l’excellent Reel Asian International Film Festival, n’a présenté qu’une vingtaine (au plus) de longs métrages en 2008, la fois où j’y suis allé.

Beijing Bubbles
Beijing Bubbles, présenté en 2007 à Fantasia dans le cadre de la sélection « Documentaries from the Edge »

J’ai parcouru le site Internet de Fantasia et j’ai noté quelques choix au passage.

Les Documentaries from the Edge reviennent à nouveau cette année. Par les années passées, j’ai découvert des perles rares (qu’on ne trouverait pas ailleurs qu’un festival), comme Beijing Bubbles sur le rock pékinois, ou celui qui suivaient des maniaques de World of Warcraft.

De plus, il y a une superbe section spéciale sur le cinéma coréen, que j’imagine vient de Mi-jeong Lee, directrice de la programmation asiatique et aussi directrice de Ciné-Asie à Montréal.

Festival Fantasia 2008 - Kim Nguyen / Truffe
En 2008, Kim Nguyen présente la grande première de son film Truffe, mettant en vedette Roy Dupuis et Céline Bonnier.

Ce qu’on aime de Fantasia

C’est surtout le bon temps qu’on passe entre amis, et différents groupes d’amis. Comme le nom le dit, Fantasia c’est un festival. Pas rien qu’un festival où l’on va voir des films; c’est aussi endroit pour se réunir et pratiquer nos rituels. C’est-à-dire faire la file pendant deux heures pour s’acheter ses quarante billets le premier soir (même si on peut revenir le lendemain et faire la queue pour 15 minutes seulement), ou crier « Daniel » lorsque l’éternel collaborateur de Fantasia vient éteindre les lumières avant chaque projection du Théâtre Hall à Concordia. Ou bien faire la queue autour de l’édifice Hall avant les films.

C’est aussi un méga get-together pour la communauté geek de Montréal, celle qui, genre, travaille ou aspire à travailler pour Ubisoft Montréal, commanditaire numéro un de Fantasia. On revoit la fille qui écrit pour tel zine de cinéma, ou le gars qui aime faire du cosplay déguisé en Sephiroth, ou l’autre qui fait de la production de vidéo sur le Web (ou le gars qui aime crouser les filles asiatiques en été).

L’été à Montréal, ce n’est pas le festival de Jazz ou les Francofolies qu’on attend(ait) impatiemment à chaque été. L’été à Montréal, c’était le festival Fantasia.

Daniel of Fantasia and a fan, perhaps
Daniel de Fantasia, en 2007

IMGP9140
Sold-out films in 2009

Alors, si t’es pas en ville Cédric, qui va-t-on voir pour parler ?

D’abord, allez voir Sabina Tang, une de mes bonne amies et blogueuse, animatrice de radio à Radio Centre-Ville (site de l’équipe sinophone). J’ai entendu qu’elle parlerait de Fantasia à son show, et il y a déjà un article publié sur le site de l’équipe chinoise.

Sinon, allez parler à Mike Vo, alias DJ Mister Vee, l’animateur de Beats from the East, une émission de musique urbaine asiatique à CJLO la radio de Concordia. Il va faire tourner des tounes avant la projection de plusieurs films au théâtre Hall. Allez lire l’article écrit sur Mike par un de mes lecteurs, Briques du Neige (sic), qui est aussi très présent à Fantasia.

La finale de la Coupe du monde à 4h du mat

Posted on


Vidéo à la mi-temps du lieu où j’ai regardé le match

La finale s’est terminée à 5h00 pile et je suis rentré chez moi dormir vers les 5h10. Les Rouges (en bleu marin, ce soir) l’avaient emporté sur les Oranges.

J’ai regardé le match sur la terrasse du bar-restaurant Lung Kong, au bord du petit port de la Baie des banians (Yung Shue Wan) sur l’île de Lamma, avec une trentaine de téléspectateurs avertis (qu’ils allaient être groggy le lendemain), pour la plupart des expatriés de toutes nationalités, mais aussi des Hongkongais.

La foule était surtout derrière les Pays-Bas, les négligés de la joute, je crois. Le type assis à côté de moi, un Irlandais vêtu d’un t-shirt orange vif, était convaincu que l’Espagne aurait le dessus. Et ce fût le cas à la 116e minute, sur le but d’Iniesta, qui nous assurera qu’on n’aura pas besoin de se taper en plus les tirs de barrage. Il était déjà 5h moins dix à ce moment là…

Ambiance au village

Avant le match, les ruelles de Lamma (un village, au sens propre du terme) avaient les allures de film de zombies. L’autre soir (ou nuit), en route pour voir Allemagne-Espagne, j’avais sursauté à un coin de rue de chez moi, lorsqu’un voisin a ouvert sa porte et est sorti juste devant moi, alors que j’avais l’oeil concentré sur l’appli Twitter de mon smartphone.

La scène était assez surréaliste ce soir aussi, avec des gens dans leurs habits de nuit pataugeant à travers les étroites rues de campagne pour se rendre au bar sportif le plus proche. Un nombre impressionnant de commerces qui n’étaient pas ouverts pour les demi-finales, l’étaient ce soir : un proprio de dépanneur du coin était en poste, regardait le match sur sa télé 18″.

Au retour, il y avait encore plus de gens dans les rues, décidés à retourner chez eux le plus vite possible. Ça a sûrement été un lundi matin difficile pour beaucoup de monde en Asie de l’Est.

Suite et fin

Mon équipe, la Corée du Sud, est passée proche de faire les quarts de finale. Je crois qu’elle a atteint ses objectifs de passer en ronde éliminatoire.

Ce fût un plaisir de bloguer pour celle-ci, même si je ne suis pas d’origine coréenne. Cette équipe me captive depuis son parcours incroyable de 2002 (demi-finale perdue à l’Allemagne) et me gardera sans doute captivé pour les années à venir.

Ce blogue a aussi certainement été d’un fun rare à écrire. Merci à l’équipe de Radio-Canada Sports et de Radio-Canada.ca.

Sur ce, à la prochaine peut-être !

Cet article fût mon dernier à être publié pour mon blogue de la Coupe du monde (Corée du Sud) sur Radio-Canada.ca.

Merci Jacob Tierney, et permets-moi d’ajouter mon grain de sel

Posted on

IMGP6573

Bon, ça n’arrive pas très souvent que des sujets d’actualité au Québec viennent (encore) me chercher, mais la récente controverse soulevée par Jacob Tierney, réalisateur de The Trotsky et Montréalais anglophone, en tout cas m’a fait réagir tous mes réseaux sociaux (en lisant le dernier Urbania).

Le bal a débuté dimanche, lorsqu’en entrevue à La Presse à Los Angeles, Jacob Tierney lance « Les anglos et les immigrants sont ignorés » (voir lien). Plus tard, il en rajoute, et Marc Cassivi (titrant Aveuglement volontaire) y met son grain de sel, qui contient beaucoup de bon sens.

Pendant ce temps-là, j’essaie de partir la conversation sur mon Facebook, et on me répond longuement, mais sporadiquement.

Ouais, alors mon grain de sel… Je pense qu’on le voit au cinéma, mais on le voit aussi dans toute la sphère publique de la société québécoise, que ce soit en politique, dans les médias ou ailleurs.

Si on se limite qu’au cas des Asiatiques (et même pas celui des Québécois d’origine chinoise, le cas qui m’intéresse), vous ne les voyez jamais dans une série télé, représentant un parti politique de façon sérieuse. Le Canada anglais a toujours eu quelques ministres ou secrétaire d’état d’origine asiatique dans le gouvernement (Bev Oda, par exemple, ou Raymond Chan avant chez les Libéraux).

Dans les médias radio-canadiens, oui Céline Galipeau est à moitié vietnamienne, mais on n’en a aucune idée de ça et de pourquoi elle n’en parle pas, et idem pour Natalie Chung, moitié d’origine coréenne ? Mais à quand un Andrew Chang, le anchor à CBC Montreal ? Ou bien un John Lu qui couvre les Canadiens pour TSN ?

J’ai passé deux ans à Radio-Canada(.ca) et je sais que mes anciens patrons ont essayé. Sylvain Lafrance le présentait année après année dans sa présentation annuelle, qu’il fallait être plus représentatif du Canada, en termes d’embauche de personnes de couleur (je paraphrase, mais c’est ce que j’ai compris). Il y a des gens payés par la CBC/Radio-Canada pour des projets de diversité. Du côté français, je connais pas la personne. Mais en anglais, il s’appelle Alden Habacon et est basé à Vancouver. En plus de travailler pour la CBC à temps très plein (son bureau a été coupé presque en entier au printemps 2009), il est le fondateur du magazine en ligne SchemaMag.ca.

Je félicite aussi la société d’état pour son initiative des 32 blogueurs (dont je fais partie), qui donne un peu de couleur à Radio-Canada.ca.

Mais comme à Radio-Canada.ca ou à Cyberpresse, certaines insensibilités ou erreurs pourraient être évitées si les salles de presse étaient plus représentatives du pluralisme et multiculturalisme de notre société.

Je pense donc qu’on essaie. Mais le manque de main d’oeuvre qualifiée, est-ce que c’est aussi à cause de notre société ? Comment est-ce que ça se fait qu’il n’y a pas plus de journalistes, politiciens, activistes d’origine chinoise dans notre société ? Peut-être, je me suis dit, que c’est à cause du manque de modèles de rôle ? C’est une des raisons qui m’ont poussé à créer la section entrevues Regarde les Chinois de ce blogue, pour desservir cette jeunesse d’origine chinoise/asiatique de ma génération culturellement très québécoise.

En fin de compte, c’est peut-être une question de confiance en soi. Confiance qu’on peut accepter ceux qui arrivent avec leurs différences. Oui, je connais mon répertoire de Beau Dommage et j’aime ça quand La Rue principale est au menu de mon karaoke à Montréal, mais je préfère aussi voir mon quota de mauvais films de Hong Kong et écouter ma musique indépendante chinoise.

Depuis que je vis à Hong Kong, je trouve aussi que je cultive mon côté montréalais francophone beaucoup plus qu’avant, et que j’ai besoin de lire mes médias en ligne produits au Québec et de rencontrer mes amis Québécois exilés ici.

Je pense qu’on doit faire de la place pour des voix différentes, et pas juste dans le cinéma, mais dans toutes nos institutions publiques. Les Chinois, c’est pas juste bon pour tenir des dépanneurs, et les Viets, c’est pas juste des dentistes et médecins (LOL). S’il manque de main-d’oeuvre qualifiée en journalisme, en arts, en politique (ce que j’entends souvent en parlant au monde), c’est peut-être que les conditions ne sont pas là pour encourager les minorités au Québec à s’engager dans ce type de carrières moins concrètes. Ça prend des modèles, et ça prend des opportunités d’emploi réelles je pense.

Hua Qiang Bei (华强北) – Electronics market in Shenzhen

Posted on

Hua Qiang Bei - Electronics city in Shenzhen

Hua Qiang Bei - Electronics city in Shenzhen

We went to Shenzhen last weekend, to watch the game, eat some barbecue, and in my case, visit the electronics market, Hua Qiang Bei (华强北). Located in Central Shenzhen, right by the Metro station of the same name, Hua Qiang Bei is a commercial boulevard with almost a kilometre lined with two or three layers of multi-storied malls, mainly selling electronics, but also children goods and jewellery (like, each entire mall was themed). I was one day impressed with Sham Shui Po and Akihabara, but this is completely out of this world.

Laptops, cellphones, cell phone accessories, fake iPads (running Android, for about RMB600 or US$85), gadgets and all of the rest that has electric/electronic components in it could be found there. If you know that the Pearl River Delta region is currently the world’s factory, it is not at all surprising to find such a place in Shenzhen.

Because I was so overwhelmed, I didn’t buy anything, except a bunch of replacement batteries for my energy-leeching phone. You won’t find crazy deals, but you will find about anything to be found in electronics.

Will be back there with my renminbi later this year…

Restaurant Hong Kong

Posted on

Restaurant Hong Kong, Boulevard St-Laurent

Je ne vais plus au restaurant Hong Kong, sur Saint-Laurent à Montréal. Lorsque j’y suis retourné la semaine dernière, juste pour voir, pas pour manger, j’ai remarqué qu’on avait complètement changé l’intérieur, et qu’on avait tout enlevé le mur qui séparait le comptoir du BBQ chinois du reste de la salle à manger.

Le Hong Kong est probablement l’un des plus vieux restaurants chinois du Quartier chinois qui soit encore debout aujourd’hui. Dans les années 80, lorsque j’étais enfant, je me souviens qu’en bas du Hong Kong, il y avait une poissonnerie du nom de Kowloon. Comme une blague que seuls ceux qui connaissent Hong Kong comprendront (car sur le territoire de Hong Kong, Kowloon est la partie péninsulaire en face de l’île appelée Hong Kong).

Dans un des premiers articles de ce blogue, écrit il y a plus de deux ans, je reprenais des photos prises du Chinatonwn par mon père en 1984. Le restaurant Hong Kong existait déjà, mais c’était une épicerie sur de la Gauchetière, avant qu’un incendie vienne la ravager quelques années (mois?) plus tard. Ça, je ne m’en souviens pas du tout.

Boulevard St-Laurent 1984
Boulevard St-Laurent en 1984, photo par Jean-Pierre Sam

Dim sum with my friends

Posted on

Dim sum with friends

We celebrated the actual St-Jean-Baptiste as it should at the dim sum restaurant (Kam Fung on St-Urbain). Frankly, dim sum, “small bits” Chinese brunch, may not always be my favourite meal to have. But in Montreal, it doesn’t get better, as a way to assemble our group of friends around the same table.

In fact, one good thing about Chinese restaurants is the round tables, instead of rectangular ones that you’d find in Western restaurants. It’s really nice, because I wouldn’t have been able to speak to everyone sitting around the table otherwise.

***

On a célébré la St-Jean-Baptiste comme il se doit, c’est-à-dire au restaurant dim sum (Kam Fung sur St-Urbain). Mais pour être franc, le dim sum est loin d’être mon choix personnel de resto, mais y’a rien qui bât ça quand vient de trouver quelque chose pour rassembler tous mes amis autour d’une table.

Le resto chinois, peut-être comparé au resto occidental, a la qualité de placer les convives autour d’une table ronde, ce qui favorisera les interactions. Si on s’était mis autour de tables rectangulaires, je n’aurais certainement pas pu parler à tout le monde rassemblé ce midi-là. Alors, bravo au concept des tables rondes !

Viewshop, 1972 rue Ste-Catherine Ouest

Posted on

Viewshop, 1972 Rue Ste-Catherine Ouest, Montreal

Viewshop, 1972 Rue Ste-Catherine Ouest, Montreal

I know that I should stop amazing for these things, but I just can’t help it. These are photos of a new shop on rue Ste-Catherine Ouest in Montreal (near du Fort). It has been replacing the old Movieland (physical world video rental, what a backward business model) for at least the past month, I asked one of the clerks. It is basically borrowing from the concept of small shops within a big one that you see a lot over here in my corner of Asia.

Viewshop is like the little brother of the department store model. Most of the shop(s) belongs to its owners, but small open spaces within it are rented out to tenants, such as the Korean cosmetics booth (Korean brands like LaNeige are hugely popular all across China).

Some of the products sold in the shop are remarkably Chinese. They could be sold in some upscale-ish store in Shanghai or Hong Kong, I feel. On one side, it’s all clothing, all for women I think, and on the other, you would find various electronics gadgets (alarm clocks, USB cup heaters) and fancy stationery (an apple-shaped notepad?). Then, a small (bubble tea) café, and the cosmetics.

Yes, the owners are Chinese, after I asked, but wasn’t that already obvious? Yup, that is Montreal’s other Chinatown, far from Asian fonts clichés.

Chinese kid doing the Chinese squat

Posted on

IMGP6674

I was walking down on Ste-Catherine last Saturday, and saw this kid just sitting there, apparently waiting for his parents to catch up or something.

The Chinese squat is a comfortable sitting position perfected notably by certain people, such as the Chinese… You see that a lot more in mainland China, at lunchtime near construction sites, or at bus and train stations at any time of the day. In Hong Kong, not so much.