I saw The Joy Luck Club last night

Posted on

The Joy Luck Club was screening last night at Columbus Park. It was free and I was free, so I went to see it!

Why not! After all these years thinking about JLC, I wondered if it wasn’t probably about time to update my impressions about the film. To me, it was this movie telling the story of Chinese Americans with values stuck in time. The setting was one that I have not known in my family, which emigrated mostly to come study in Canada or France, and didn’t exactly have to escape war and hardship, were in abusive relationships or felt the pressure to assimilate.

Google for Joy Luck Club criticism and there goes your Saturday night. I had not seen The Joy Luck Club since probably the early 2000s, or even the 90s, when I was a teenager growing up in Quebec. The movie was maybe dubbed in French (Le Club de la chance), but I don’t remember. Least to say, if it was showing on late weekend night on Radio-Canada TV (going by my memory, which I’ll come back to later), it was because it had achieved mainstream recognition among Western audiences.

The JLC was the only Asian-American movie growing up. Based on a 1989 novel by author Amy Tan and directed by Wayne Wang, the 1994 feature was produced by a major American film studio.

The scene of the watermelon above was what I remembered the most. During the same segment (one of the four mother-daughter relationships), there was probably one of the most horrible characters, one of the un-redeemable Asian males of the film, Harold.

Harold, Joy Luck Club

Lena, one of the daughters of the JLC marries Harold, is at his mercy financially (he’s her boss!). He’s the guy who splits up everything 50-50, which is cool in theory, but where she ends up paying a lot more (for her personal items on her own, while paying for his ice cream that she doesn’t eat). What a jerk. The point was that it’s an implausible relationship, and so wtf.

(It mirrors the marriage that her mother had with the watermelon guy, who is hands down the most horrible guy in the film.)

She eventually divorces Hasshold and has a new hot and cool boyfriend… What I didn’t remember was that he was Asian! Yeah, there’s that recollection that I had going on that she had a horrible Asian husband, therefore she must’ve started dating someone else, as if race had anything to do with it. My selective memory didn’t register that her new beau, in the narrative’s present day, was actually played by Asian American actor Philip Moon.

Mom you're a jerk, Joy Luck Club

There were also some quite horrible white characters, like the parents of Ted, who try to intimidate Rose, the daughter character played by Rosalind Chao, into not dating their son anymore. The mother was the one delivering the message, but you could equally place the blame on the father.

Was the movie a satirical comedy? I don’t know. At times the tone made it feel like one. Take the scene where the successful Waverly, played by Tamlyn Tomita, throws her condoms and her boyfriend’s clothes in the face of her mother. She “tried to marry a Chinese guy” was probably one of the worst lines (does it mean if you marry someone of your race, you do what your family wants and not what you want?). Her bumbling new white boyfriend Rich is a riot, splattering caricatural cultural ignorance at the first meet-the-parents dinner.

It wasn’t what the tone I took home during my first watch twenty to thirty years ago. It’s a work of fiction, and it’s fine to be dramatic and introduce elements of fantasy. I think where it hurts (and one of the reasons why the movie was so polarizing) was that it was the only Asian American movie during a very long period and it was caricatural, but wasn’t clear about it. So maybe these elements are taken at face value, and generalized to the lives of all Chinese immigrants coming to America, in the imaginary of those who consume only mainstream media?

(Also, the reliance on fabulism, or the belief in, as a plot device, wth with that?!)

The people outside of the mothers and daughters in this movie are generally failing, horrible or plain antagonistic, but there was a character I forgot who was extremely sympathetic. At the end of the movie, June, played by Ming-Na Wen, whose mother lived a tragic life before coming to America (this film’s idea of Promised Land), was going to go to China to meet her long-lost half-sisters. Unsure of what she would do to explain the death of their mother that the sisters were unaware of, her dad gives her old photos of her mom, a swan feather and a pep talk about a mother’s hope.

June and her dad, Joy Luck Club

While it won’t be the best movie for me to ever to recommend, it has significance to Asian Americans, especially Chinese Americans (since it tells the story of immigrants from China). It’s a movie to watch if you want to understand the place given to hyphenated Asians in America. It’s also important for seeing the context that Crazy Rich Asians, Always Be My Maybe came to existence in 2018-19.

If you have a chance to see it again, you could benefit, like I did, from having a new perspective on the JLC.

Ghost in the Shell and Hong Kong

Posted on

Went to see Ghost in the Shell yesterday in the theatre, in regular non-IMAX version, at Lincoln Center. It won’t win the Oscar for best film of the year, but it vastly satisfied my craving for Hong Kong.

When Mamoru Oshii made the original animated feature adaptation of GitS in 1995, the setting was very obviously based on Hong Kong. Hong Kong is fast-paced, nervous. And Hong Kong has this natural darkness to it, thanks to the lower latitude, surrounding mountains and a very wet climate.

Stumbled upon Hong Kong-based filmmaker Edwin Lee’s study of the original movie and scenes of Hong Kong, where you can observe for yourself:

I can’t wait for the comparison to start emerging once GitS gets off the big screen and starts appearing on the ones at home. The shooting locations are very obvious for anyone who’s spent a meaningful amount of time in Hong Kong.

Yes, there’s been talk that Scarlett was seen in Jordan last year. How did they book the busy street at Yee Wo Street in Causeway Bay, with the ring-shaped footbridge? The busy markets with the open-air butcher shop provides a great visual while the meaning of flesh and shell is discussed.

Yau Ma Tei street

Sham Shui Po street

In the meanwhile, the 2017 Ghost in the Shell is a box-office failure in the U.S., but seems to be doing better overseas.

Lancement du documentaire « Être chinois au Québec » le 15 février 2013

Posted on

Être chinois au Québec

« Être chinois au Québec », ce road movie mettant en vedette mes amis Parker Mah et Bethany Or sortira finalement au tournant du nouvel an chinois ! Après une longue et parfois difficile gestation, le documentaire sera projeté vendredi le 15 février au Centre communautaire et culturel chinois du Quartier chinois de Montréal. Le film les envoie aux quatre coins du Québec afin de découvrir ce qu’est l’identité chinoise sur cette terre francophone.

Les Chinois ont une présence marquée au Québec depuis le temps du chemin de fer à la fin du siècle. Les vagues d’immigration toutes aussi particulières les unes des autres seront évoquées dans le documentaire.

Voici ce que le co-réalisateur Malcolm Guy a envoyé hier par voie de courriel.

Chers amis et amies,

Le film auquel vous avez si aimablement participé, « Être chinois au Québec » réalisé par Malcolm Guy et William Ging Wee Dere et produit par Productions Multi-Monde est enfin prêt à être présenté au public!

Le lancement du film aura lieu le vendredi 15 février 2013, de 19h à 22h, au Centre communautaire et culturel chinois de Montréal. Les portes ouvriront à 19h et la présentation du film (version bilingue) débutera à 19h30.

La projection sera suivie d’une séance de questions-réponses avec les réalisateurs et les participants au film.

La présentation du film se fera au coût de 5$, contribution volontaire à la porte suggérée, ce qui nous aidera à défrayer les frais de la salle. Des amuses-gueules et des rafraîchissements seront servis avant et après la projection du film et une exposition de photos réalisées par Parker Mah sera présentée durant la soirée.

Plus d’infos sur le blogue officiel du film: http://etrechinoisauquebec.net/

Voici la bande-annonce qui date déjà d’un peu plus d’un an:

Malcolm Guy et William Dere sont des collaborateurs de longue date, ayant ensemble travaillé ensemble dans les années 90 sur les films Gens du pays: Chinese in Quebec et La montagne d’or, avant de renouer pour realiser Être chinois au Québec.

Ce film, par son niveau de production, marque une étape importante pour la communauté chinoise au Québec. J’ai très hâte de voir comment il sera reçu par le grand public.

Également faisant partie de l’équipe du film, la Hongkongaise d’origine, Wai-yin Kwok, collabore présentement avec l’équipe de Radio-Canada.ca Rive-Sud pour produire une expérience Web qui sera diffusé d’ici le nouvel an chinois dans deux semaines.

Pas de Fantasia cette année, mais quand même

Posted on

Depuis 2003, je n’ai manqué Fantasia qu’une seule fois, et c’était en 2005 lorsque j’étais justement en voyage à Hong Kong. Les autres années, j’allais voir invariablement plus d’une douzaine (deux douzaines parfois) de films, entre films occidentaux weird et pas rapport, films d’horreur asiatiques ou italiens/espagnols/etc et autres blockbusters hongkongais présentés en primeur. (Voir ce que j’ai écrit sur smurfmatic.net par les années passées)

Ma liste de 2009 est représentative de ce que je souhaite voir année après année. Mais dans ce que je finis par voir, s’ajoute toutes sortes de films que mes amis choisissent également d’aller voir.

C’est un peu con, si vous voulez mon avis, d’amalgamer films asiatiques et films de « genre ». Par contre, dans la réalité de Montréal, on ne peut pas espérer attirer des foules pour un festival de films uniquement asiatiques. Surtout pas pour obtenir un festival d’un tel volume et d’une telle ampleur comme Fantasia. Avec sa centaine de films et deux salles de plus (l’Impérial et le Rialto) Fantasia reprend donc où il avait laissé, pré-rénovations de l’Impérial, qui avait forcé le festival à déménager à Concordia.

Dans l’est du Canada, Fantasia est sans pareil. Même à Toronto, le festival de films asiatiques, l’excellent Reel Asian International Film Festival, n’a présenté qu’une vingtaine (au plus) de longs métrages en 2008, la fois où j’y suis allé.

Beijing Bubbles
Beijing Bubbles, présenté en 2007 à Fantasia dans le cadre de la sélection « Documentaries from the Edge »

J’ai parcouru le site Internet de Fantasia et j’ai noté quelques choix au passage.

Les Documentaries from the Edge reviennent à nouveau cette année. Par les années passées, j’ai découvert des perles rares (qu’on ne trouverait pas ailleurs qu’un festival), comme Beijing Bubbles sur le rock pékinois, ou celui qui suivaient des maniaques de World of Warcraft.

De plus, il y a une superbe section spéciale sur le cinéma coréen, que j’imagine vient de Mi-jeong Lee, directrice de la programmation asiatique et aussi directrice de Ciné-Asie à Montréal.

Festival Fantasia 2008 - Kim Nguyen / Truffe
En 2008, Kim Nguyen présente la grande première de son film Truffe, mettant en vedette Roy Dupuis et Céline Bonnier.

Ce qu’on aime de Fantasia

C’est surtout le bon temps qu’on passe entre amis, et différents groupes d’amis. Comme le nom le dit, Fantasia c’est un festival. Pas rien qu’un festival où l’on va voir des films; c’est aussi endroit pour se réunir et pratiquer nos rituels. C’est-à-dire faire la file pendant deux heures pour s’acheter ses quarante billets le premier soir (même si on peut revenir le lendemain et faire la queue pour 15 minutes seulement), ou crier « Daniel » lorsque l’éternel collaborateur de Fantasia vient éteindre les lumières avant chaque projection du Théâtre Hall à Concordia. Ou bien faire la queue autour de l’édifice Hall avant les films.

C’est aussi un méga get-together pour la communauté geek de Montréal, celle qui, genre, travaille ou aspire à travailler pour Ubisoft Montréal, commanditaire numéro un de Fantasia. On revoit la fille qui écrit pour tel zine de cinéma, ou le gars qui aime faire du cosplay déguisé en Sephiroth, ou l’autre qui fait de la production de vidéo sur le Web (ou le gars qui aime crouser les filles asiatiques en été).

L’été à Montréal, ce n’est pas le festival de Jazz ou les Francofolies qu’on attend(ait) impatiemment à chaque été. L’été à Montréal, c’était le festival Fantasia.

Daniel of Fantasia and a fan, perhaps
Daniel de Fantasia, en 2007

IMGP9140
Sold-out films in 2009

Alors, si t’es pas en ville Cédric, qui va-t-on voir pour parler ?

D’abord, allez voir Sabina Tang, une de mes bonne amies et blogueuse, animatrice de radio à Radio Centre-Ville (site de l’équipe sinophone). J’ai entendu qu’elle parlerait de Fantasia à son show, et il y a déjà un article publié sur le site de l’équipe chinoise.

Sinon, allez parler à Mike Vo, alias DJ Mister Vee, l’animateur de Beats from the East, une émission de musique urbaine asiatique à CJLO la radio de Concordia. Il va faire tourner des tounes avant la projection de plusieurs films au théâtre Hall. Allez lire l’article écrit sur Mike par un de mes lecteurs, Briques du Neige (sic), qui est aussi très présent à Fantasia.

Merci Jacob Tierney, et permets-moi d’ajouter mon grain de sel

Posted on

IMGP6573

Bon, ça n’arrive pas très souvent que des sujets d’actualité au Québec viennent (encore) me chercher, mais la récente controverse soulevée par Jacob Tierney, réalisateur de The Trotsky et Montréalais anglophone, en tout cas m’a fait réagir tous mes réseaux sociaux (en lisant le dernier Urbania).

Le bal a débuté dimanche, lorsqu’en entrevue à La Presse à Los Angeles, Jacob Tierney lance « Les anglos et les immigrants sont ignorés » (voir lien). Plus tard, il en rajoute, et Marc Cassivi (titrant Aveuglement volontaire) y met son grain de sel, qui contient beaucoup de bon sens.

Pendant ce temps-là, j’essaie de partir la conversation sur mon Facebook, et on me répond longuement, mais sporadiquement.

Ouais, alors mon grain de sel… Je pense qu’on le voit au cinéma, mais on le voit aussi dans toute la sphère publique de la société québécoise, que ce soit en politique, dans les médias ou ailleurs.

Si on se limite qu’au cas des Asiatiques (et même pas celui des Québécois d’origine chinoise, le cas qui m’intéresse), vous ne les voyez jamais dans une série télé, représentant un parti politique de façon sérieuse. Le Canada anglais a toujours eu quelques ministres ou secrétaire d’état d’origine asiatique dans le gouvernement (Bev Oda, par exemple, ou Raymond Chan avant chez les Libéraux).

Dans les médias radio-canadiens, oui Céline Galipeau est à moitié vietnamienne, mais on n’en a aucune idée de ça et de pourquoi elle n’en parle pas, et idem pour Natalie Chung, moitié d’origine coréenne ? Mais à quand un Andrew Chang, le anchor à CBC Montreal ? Ou bien un John Lu qui couvre les Canadiens pour TSN ?

J’ai passé deux ans à Radio-Canada(.ca) et je sais que mes anciens patrons ont essayé. Sylvain Lafrance le présentait année après année dans sa présentation annuelle, qu’il fallait être plus représentatif du Canada, en termes d’embauche de personnes de couleur (je paraphrase, mais c’est ce que j’ai compris). Il y a des gens payés par la CBC/Radio-Canada pour des projets de diversité. Du côté français, je connais pas la personne. Mais en anglais, il s’appelle Alden Habacon et est basé à Vancouver. En plus de travailler pour la CBC à temps très plein (son bureau a été coupé presque en entier au printemps 2009), il est le fondateur du magazine en ligne SchemaMag.ca.

Je félicite aussi la société d’état pour son initiative des 32 blogueurs (dont je fais partie), qui donne un peu de couleur à Radio-Canada.ca.

Mais comme à Radio-Canada.ca ou à Cyberpresse, certaines insensibilités ou erreurs pourraient être évitées si les salles de presse étaient plus représentatives du pluralisme et multiculturalisme de notre société.

Je pense donc qu’on essaie. Mais le manque de main d’oeuvre qualifiée, est-ce que c’est aussi à cause de notre société ? Comment est-ce que ça se fait qu’il n’y a pas plus de journalistes, politiciens, activistes d’origine chinoise dans notre société ? Peut-être, je me suis dit, que c’est à cause du manque de modèles de rôle ? C’est une des raisons qui m’ont poussé à créer la section entrevues Regarde les Chinois de ce blogue, pour desservir cette jeunesse d’origine chinoise/asiatique de ma génération culturellement très québécoise.

En fin de compte, c’est peut-être une question de confiance en soi. Confiance qu’on peut accepter ceux qui arrivent avec leurs différences. Oui, je connais mon répertoire de Beau Dommage et j’aime ça quand La Rue principale est au menu de mon karaoke à Montréal, mais je préfère aussi voir mon quota de mauvais films de Hong Kong et écouter ma musique indépendante chinoise.

Depuis que je vis à Hong Kong, je trouve aussi que je cultive mon côté montréalais francophone beaucoup plus qu’avant, et que j’ai besoin de lire mes médias en ligne produits au Québec et de rencontrer mes amis Québécois exilés ici.

Je pense qu’on doit faire de la place pour des voix différentes, et pas juste dans le cinéma, mais dans toutes nos institutions publiques. Les Chinois, c’est pas juste bon pour tenir des dépanneurs, et les Viets, c’est pas juste des dentistes et médecins (LOL). S’il manque de main-d’oeuvre qualifiée en journalisme, en arts, en politique (ce que j’entends souvent en parlant au monde), c’est peut-être que les conditions ne sont pas là pour encourager les minorités au Québec à s’engager dans ce type de carrières moins concrètes. Ça prend des modèles, et ça prend des opportunités d’emploi réelles je pense.

« J’ai tué ma mère » en première asiatique à Hong Kong

Posted on

« J'ai tué ma mère » à Hong Kong

Pour moi, voir un film québécois au cinéma à Hong Kong, c’est un peu comme voir un film hongkongais au cinéma à Montréal. Et dans les deux cas, plus souvent qu’autrement, ça se passe à un festival de cinéma. Ici, c’est le HKIFF qui bat son plein dans les trop éparpillées salles de cinéma de la ville. C’est loin d’être un festival mineur, étant donné le nombre considérable de films (300 et plus).

Donc, on est allé voir « J’ai tué ma mère », le film de Xavier Dolan qui était franchement partout au Québec quand c’est sorti. Anne Dorval est géniale, avec sa marque de commerce, cet humour pince-sans-rire comme dans Le cœur a ses raisons.

On a eu droit à la bobine du Festival de Cannes (ça disait encore que le film est en compétition, au présent), mais aussi avec une banderole sous l’écran où était projeté la traduction chinoise du film. La foule était toute composée de locaux, à part notre groupe et un couple d’Occidentaux (qui n’était pas un couple). C’était un film à 23h45, donc il y avait quand même exactement une quarantaine de sièges libres. C’était selon le chiffre de l’écran qui indiquait les sièges disponibles, la pratique à Hong Kong, même si pour le festival, le placement était libre.

Donc, y’avait beaucoup de blagues et de sacres qui sont passés dans le tordeur de la traduction anglaise. Des tabarnac et des esti de câlisse se sont uniformément transformés en F-words. Le public a quand même bien ri au bon moment, la plupart des fois. Des intonnations comiques sont souvent passées innaperçues chez le public.

C’était le fonne, et moins artsy-fartsy que je le cragnais. Un peu comme pour C.R.A.Z.Y, on oublie que c’est un film gai.

Mais franchement, ça fait juste du bien d’entendre du québécois en public, encore une fois, après Samian/Anodajay/Horg à la Fête de la Francophonie, et de Marie Laberge à Hong Kong. Le mois de mars aura été, pour moi, riche en Québec. Finalement, on va conclure avec le documentaire Last Train Home (en anglais/chinois) du Montréalais d’adoption Lixin Fan, projeté au JMSC à l’Université de Hong Kong, où je travaille maintenant (et Lixin sera parmi nous pour présenter son film, qui a gagné le plus grand prix du documentaire au monde en novembre dernier à Amsterdam).

Turbid, a film by George Fok

Posted on

Turbid / A movie by George Fok

I was browsing the Nouveau Cinéma festival programme, and noticed this film by Hong Kong-born Montrealer director George Fok. It looks like an indie film (see trailer) on teenage trashiness in Montreal (shot in Mtl – you will recognize at least the hallucinogenic-anyways Ville-Marie tunnel and Métro). Opening song of the trailer might be from the SS Cardiacs. See synopsis.

It’s on my list, somewhere between a Korean cowboy film, an odd Moulin Rouge-esque Singaporean film and of course a Manuel Foglia doc that follows two MPP.

Plays at Ex-Centris, Monday Oct 13th at 7:15PM and Tuesday Oct 14th at 3:30PM.