Jaywalking on Hennessy Road

Posted on

Jaywalking on Hennessy (1 of 2)

Consider that Hennessy Road is the main artery crossing through Hong Kong Island, is something like five lanes wide, on top of two tramway lanes, and you will agree with me that jaywalking it is not for the weakhearted!

This morning, on my way to visa office, I noticed several people traversing Hennessy outside of designated crossings. One must know that at several places, Hennessy is fenced, effectively preventing pedestrians from jaywalking to the other side. For someone who comes to Hong Kong every three years, and who is not fully awake (HK follows the British habit of driving on the wrong side…), jaywalking can be pretty risky business, and I was very surprised to notice these people, a business man in suit, highschoolers, going about as if it was nothing…

Jaywalking on Hennessy (2 of 2)

Arrival in Hong Kong

Posted on

Unboard flight CO99

Just arrived in Hong Kong, and using the wifi network here. Unlike in Newark, where I had to pay $8 for my Internet, the service at Hong Kong International Airport is free!

Got out a lot earlier than I thought, so I took out my laptop to blog, check e-mails for 15 minutes (must not get sucked in). The flight was 15-hour long from Newark. With the 4-hour wait in New Jersey, and the flight from Montreal, this was a total of 22 hours spent travelling.

Very exciting to be back in Hong Kong. The most striking thing? Masses of people who look like me, and who speak in Cantonese (sometimes in Mandarin, or presumably Tagalog, as I encountered what seemed to be Filipina maids-to-be (or were they just travellers like me?…).

I traded in my old Octopus, got 30 dollars back, but had to pay 150HKD to get a new one.

SCMP - 2008-03-30

Got today’s SCMP and I suppose that I am ready to take the A11 to meet my grandparents, who rented a flat out in the 300-something Hennessy, in Wan Chai.

Deux innocents en Chine rouge

Posted on

Deux innocents en Chine rouge

Un livre fantastique, qui donne une perspective franche sur la Chine sur un ton souvent anodin. On y raconte les exagérations du progrès chinois des années de Mao, vu par des Québécois vivant à l’aube de la Révolution tranquille. Et ces Québécois ne sont pas les moindre, le journaliste et éditeur Jacques Hébert, et le jeune Pierre Elliott Trudeau, futur Premier Ministre du Canada. Trudeau ose nous raconter ses péripéties hors normes en Chine, une nuit évadant la surveillance plus que bienveillante de leurs hôtes pour faire multiples rencontres dans Beijing de 1960 (dans un pays au sortir du Grand Bond en avant), ou encore cette fois où son charme légendaire sur de jeunes interprètes frisa l’incident diplomatique. Mais surtout, nos deux innocents nous ont donné une perspective d’innocent d’un pays avec lequel ils (et peu de gens de leur temps) étaient peu ou pas familier. Comme le disait Alexandre Trudeau dans la préface, c’était surtout, et avant tout, un livre de voyage.

Archives de Radio-Canada :
http://archives.radio-canada.ca/politique/premiers_ministres_canadiens/clips/2076-12889/

CBC Archives:
http://archives.cbc.ca/politics/international_politics/clips/2049-12815/

(Il y avait aussi une apparition d’Alexandre Trudeau au Téléjournal quelque part au printemps ou été 2007, mais c’est introuvable…)

Comme les Chinois chez les Chinois

Posted on

China!

China, here I come! Next Saturday, I am flying to Hong Kong for a six-week trip across Greater China, which means Hong Kong, Taiwan and Mainland China. On this odyssey, I will be stopping at places like Kenting, Taiwan, during Ching Ming, tomb-cleaning day (and long weekend across the region) for Spring Scream; in Guangdong, on my way to my ancestral village; in Beijing, in the last two weeks of April; and finally back in Hong Kong to see my family.

To my huge surprise, friends based in China have told me that my site is blocked in my country of origin, despite the very little or inexistent political contents on this blog! Maybe it was the use of forbidden words, but anyways, it will be quite a technical challenge to update this site. Also take a look at my Flickr account during my stay. You may contact me at cedric@commeleschinois.ca.

***

Chine, me voilà! Samedi prochain, je m’envole pour Hong Kong pour un voyage de six semaines à travers l’Asie “chinoise”, c’est-à-dire, Hong Kong, Taiwan, puis la Chine continentale. Ce périple sera marqué par des arrêts à Kenting, Taiwan, lors du Ching Ming, jour du nettoyage des tombes (et long weekend à travers la région) pour le Spring Scream; dans le Guangdong, en route vers mon village ancestral; à Beijing, dans les deux dernières semaines d’avril; et finalement de retour à Hong Kong, pour visiter ma famille.

À ma grande surprise, des amis basés en Chine me disent que ce site est bloqué dans mon pays d’origine, malgré le contenu peu ou pas politique de ce blogue! Peut-être c’est juste le fait d’utiliser des mots interdits, mais en tout cas, ce sera un défi technique de mettre ce site à jour. Voyez aussi mon compte sur Flickr. Vous pouvez me contacter par e-mail à cedric@commeleschinois.ca.

L’épicerie chinoise qui hurla ses bas prix, le volume dans le tapis

Posted on

Wing Cheong Hong - Quartier Chinois de Montréal

Vieilles tactiques de vente, nouveaux moyens technologiques. Il y a deux semaines, un dimanche en fin d’après-midi, je me promenais dans le Quartier Chinois de Montréal pour faire mes courses comme à l’habitude. Alors sur De la Gauchetière, rendu à Clark, une voix forte et animée (et amplifiée), venant d’environ une trentaine de mètres en bas cette dernière, me réveilla de ma paisible marche. Franchement! D’où est-ce que ça pouvait bien venir?

Ça venait du haut-parleur de l’épicerie Wing Cheong Hong, et les annonces étaient celles des bas prix du jour que lançait tel un encanteur le président de l’entreprise, M. Bobby Chen, alors au contrôle du micro à cette heure-là. À ce que je sache, aucune autre épicerie chinoise au Quartier Chinois ne compte sur ce stratagème.

J’entre dans le commerce, et après avoir ramassé mon paquet de bok choy pour la semaine, je pique une jasette avec M. Chen. Il me dit que le fait de hurler les spéciaux du jour à la porte du commerce est une pratique courante au Japon. « Ils n’ont pas le droit d’utiliser de micros là-bas, alors pour vendre le stock qu’il viennent de recevoir en spécial, ils embauchent des gars avec des porte-voix, puis des belles filles en bikini! », me dit-il.

Il va sans dire que les marchés d’alimentation, depuis l’aube de l’Humanité, ont usé de ce procédé pour vendre leurs salades. Je n’ai pas demandé à M. Chen s’il avait effectivement le droit d’en faire de même avec les moyens de nos jours. En tout cas, si la musique forte est acceptable, alors pourquoi pas une circulaire parlante?

Bobby Chen
M. Chen, aux commandes.

An English version of this article was published on Spacing Montreal.

What $200 Will Buy on Shanghai Street

Posted on

Brothel on Shanghai Street, by christopher dewolf

Read my update (2009-11-03): What will $200 in fact still get you on Shanghai Street?

Brothels in Hong Kong are pretty obvious, even to the untrained eye. In 2002, on my first trip to Hong Kong, I was told by relatives to well differentiate between karaoke bars and music boxes (the latter being the one that you go to with family and young children). In 2005, when I decided to walk on my own in the streets of Hong Kong, I finally realized that they might just be part of the background, almost as if it were just any other “service”.

My friends Chris and Laine are apparently having a great time in Hong Kong, eating well, wandering in a lot of places. Yesterday, Chris posted a pair of articles on Urbanphoto, including a piece on the brothel area on Shanghai Street, around Yau Ma Tei and Jordan:

Shanghai Street is one of those long, straight Kowloon roads that seem to change character every few blocks. In the south, near Jordan Road, are grocery stores and restaurants, along with a handful of shops catering to Nepalese, Indian and Pakistani immigrants. In the north, past Argyle Street, home furnishing stores predominate. The red light district falls somewhere in between.

For the most part, brothels in Yau Ma Tei and Mongkok are coyly disguised as “karaoke bars,” their real vocation indicated by the pretty, busty girls on their signs, often accompanied by a price. On Shanghai Street, though, the sex trade is as blatant as it gets in Hong Kong, with hookers waiting on the sidewalk and brothels that do away with all pretense of offering karaoke and instead unabashedly advertise their real wares. Here, racism and sexism come together in cardboard signs posted at the entrances to old walkup apartment buildings: “China Girl 250; Hong Kong Girl 250; Malay Girl 200; Russian Girl 550; Free Preview.”

It’s a bit of a shock to see these signs displayed so openly, especially since most aspects of prostitution, including the operation of a brothel, are illegal in Hong Kong. It is hard not to read into them a mirror of the more unsavoury side of Hong Kong society, one that is often shameless in its contempt for the 300,000 Filipina and Indonesian domestic helpers that live and work in the territory.

Yesterday, on the bus, my girlfriend overhead a couple ranting about the gall their helper had in asking for time off to visit her sick mother in the Philippines. “What, does she think that she’ll get better if she goes to visit?” one of them said, before complaining about her eating habits. “Some of those damn Filipinas eat so much.” With attitudes like that, is it any surprise that such a low value is placed on women, and in particular Southeast Asian women, on Shanghai Street?

But the red light district on lasts for only a few blocks; it’s easy to walk past and, if you want, easy to forget.

This article was originally posted by Christopher DeWolf on the collaborative blog Urbanphoto, which he runs.

Chinese Canadians in the CBC Digital Archives

Posted on

CBC Archives topic on Chinese immigration to Canada

It is mostly old contents, but on a newly redesigned/rethought CBC Digital Archives website, launched today with its sister project, the Archives de Radio-Canada. There is among other things a very interesting topic on Chinese immigration to Canada with 20-something clips from the Canadian Broadcasting Corporation’s television and radio archives.

C’est en grande majorité du vieux contenu, mais sur un tout nouveau site reconceptualisé/repensé des Archives de Radio-Canada lancé aujourd’hui en compagnie de son jumeau, le CBC Digital Archives. Il existe entre autres un intéressant dossier sur l’immigration chinoise au Canada, avec une vingtaine de clips provenant des archives audio et vidéo de la Société Radio-Canada (incluant un reportage entier sur Honkouver (sic)).

Karine Giboulo: des cochons et des hommes

Posted on

All you can eat - Karine Giboulo

Comme à chaque année depuis trois ans, j’ai fait la Nuit blanche à Montréal, et comme beaucoup de gens, je me suis arrêté devant l’installation All you can eat de Karine Giboulo au Hall des Pas perdus de la Place des Arts. Giboulo effectuait un retour à la Nuit blanche, avec ses immanquables scènes bédéesques créées à travers figurines et objets en taille miniature enfermés dans une boîte-bâtiment avec des fenêtres invitant les visiteurs à épier.

Cette fois-ci, l’artiste montréalaise s’est inspirée de son dernier voyage en décembre 2007 en Chine, et plus précisément dans cette usine du monde qu’est la région du delta de la Rivière des Perles, dans la province du Guangdong. « 3/4 de nos choses ici viennent de Chine et la plupart des gens ne savent pas comment les travailleurs qui les ont fabriquées vivent en fait », relate-t-elle.

La structure exposée est faite de grandes boîtes interconnectées qui contiennent des personnages s’affairant à élever des cochons, à les manger à la cafétéria, ou bien encore à se reposer dans leurs lits de dortoir. Le résultat est non sans nous rappeler la réalité des usines chinoises, là où souvent les travailleurs dorment à même leur lieu de travail. « Je voulais traiter du thème de l’alimentation, qui est un enjeu très important pour l’environnement », nous raconte Giboulo au sujet de la présence des cochons ailés nourris au « Miracle-Gros ».

Questionnée sur ce qui l’avait le plus frappé de la Chine, elle nous dit d’emblée que c’est la vie à l’extérieur: « Il y a toujours plein de vie dehors. Les gens vont sortir avec une table et jouer dehors comme ça. »

Finalement, Giboulo nous confie qu’elle préparait l’exposition avec une certaine appréhension, ne sachant pas comment la communauté chinoise la percevrait. D’autres pièces sur les mêmes thèmes que All you can eat seront exposées à la Galerie SAS du 12 novembre au 13 décembre, 2008. All you can eat sera de passage au NAC à St-Catharines en Ontario, du 16 mars jusqu’au 15 avril prochains. Elle dit pour terminer que cette exposition se veut un hommage aux travailleurs dont le travail sert à faire émerger ces pays comme la Chine, et à nous donner un confort matériel ici en Occident.

Karine Giboulo

An English version of this article was published on Spacing Montreal.

Regarde les Chinois : Yvonne Lo

Posted on

Yvonne Lo

Le Regarde les Chinois de cette semaine est un peu particulier parce qu’il a été réalisé juste avant un interview que j’allais donner à mon invitée! Mercredi dernier, j’ai rencontré Yvonne Lo avant l’émission en cantonais qu’elle co-anime deux fois par semaine sur les ondes de Radio Centre-Ville, la station multilingue de Montréal. On a parlé de son implication à la radio, de bénévolat, son emploi en travail social, ce qu’elle veut pour la communauté chinoise et encore de son implication à la radio! On a pas parlé de ça, mais elle enseigne aussi le chinois chaque fin de semaine à l’école catholique chinois de Montréal, et siège maintenant sur le conseil du Service à la Famille Chinoise, où elle fut d’abord bénévole, puis coordinatrice du département de bénévolat in 2004.

This week’s Regarde les Chinois was quite interesting, because it done right before I was going to do an interview with my interviewee! Last Wednesday, I met Yvonne Lo before the twice-a-week Cantonese-language show that she co-hosts on Radio Centre-Ville, Montreal’s multilingual radio station. We talked about her involvement with the radio, volunteering, her job in social work, what she wants for the Chinese community, and again about her involvement with the radio! We didn’t talk about that, but she also teaches Chinese every weekend at the Montreal Catholic Chinese School and now sits on the board of the Chinese Family Service, where she started as a volunteer and then the volunteer department coordinator in 2004.

Language of the interview / Langue de l’interview : English (with sprinkles of Cantonese, a touch of French) / Anglais (et on saupoudre de cantonais, et met une touche de français)

Continue reading “Regarde les Chinois : Yvonne Lo”