Regarde les Chinois : Robert Parungao

Posted on

Robert Parungao

Pour Regarde les Chinois cette semaine, on a parcouru la ville en métro-bus-pied avec Robert Parungao, un Vancouverois de quatrième génération, d’origine chinoise et philippine, maintenant étudiant à la maîtrise en sociologie à l’Université Concordia à Montréal. Fondateur du Projet Nouvelles Voix à Vancouver (et maintenant à Montréal), on a parlé d’histoire Canadienne Chinoise, bien sûr, mais également de jeux vidéos (Robert a fait une thèse là-dessus au 1er cycle), du groupe punk rock duquel il a fait partie, de propagande olympique, de végétarisme.

For this week’s Regarde les Chinois, we went around town in metro-bus-walk with Robert Parungao, a fourth-generation Vancouverite, of Chinese and Filipino origin, currently a masters student in sociology at Concordia University in Montreal. Founder of the New Voices Project, we of course talked about Chinese Canadian history, but also of video games (topic of Robert’s undergraduate thesis), the punk rock band that he was part of, Olympics propaganda and vegetarianism.

Language of the interview / langue de l’interview: English / anglais

Continue reading “Regarde les Chinois : Robert Parungao”

Chinatown’s Jewish History

Posted on

Jewish Chinatown

Today, my friend Chris DeWolf wrote an article in the Gazette about Montreal Chinatown’s Jewish past:

If Chinatown’s Jewish heritage isn’t obvious, it’s probably because it has been erased by time and redevelopment, swept away like Chenneville St. and its quietly imposing synagogue.

(…)

Located on a small street (now shortened and written as Cheneville) between St. Urbain and Jeanne Mance Sts., below Dorchester (now René Lévesque) Blvd. and above Craig (now St. Antoine) St., it was built in 1838 by Montreal’s oldest Jewish congregation, Shearith Israel.

In 1887, when Shearith Israel moved to a much larger home on Stanley St. – following the westward migration of Montreal’s older generations of Canadian-born, anglicized Jews – the synagogue was rented by Beth David, a congregation of Romanian immigrants who arrived in the late 19th century, part of a huge wave of Jewish immigrants from eastern Europe. Over the next three decades, the area around present-day Chinatown – with Bleury St. to the west, Sanguinet St. to the east, Craig to the south and Ontario St. to the north – became the heart of Jewish Montreal, a haven for Yiddish-speaking immigrants who established businesses, synagogues and many of the Jewish institutions that still exist.

Israel Medresh, a journalist for the Kanader Adler, a Yiddish-language daily newspaper, sketched a portrait of the neighbourhood in his 1947 book Montreal Foun Nekhtn, translated into English in 2000 as Montreal of Yesterday.

“The corner of St. Urbain and Dorchester was the very heart of the Jewish neighbourhood,” he wrote. “Nearby was Dufferin Park, then a ‘Jewish park’ where Jewish immigrants went to breathe the fresh air, meet their landslayt (compatriots), hear the latest news, look for work and read the newspapers.”

Just a few blocks from Dufferin Park stood seven synagogues, the first Young Men’s Hebrew Association and a number of important community and political organizations like the Baron de Hirsch Institute, the Hebrew Benevolent Society and the Jewish Labour Temple.

General Tao’ing

Posted on

3600 secondes d’extase - Général Tao, avec Paul Houde

J’ai toujours beaucoup aimé La Fin du Monde est à Sept Heures, émission diffusée quotidiennement par TQS à ses beaux jours. Dans la dernière édition de leur nouvelle émission de nouvelles farciales, 3600 secondes d’extase (diffusée à la télé de Radio-Canada), Marc Labrèche et Paul Houde nous font l’historique hilarant, désinformatif du fameux Poulet Général Tao…

Portion #2 de l’émission du 26 janvier 2008

Regarde les Chinois : Simon Law

Posted on

Simon Law

Dans sa section Regarde les Chinois, ce blogue s’entretient avec des personnes connues, ou moins connues, de la communauté chinoise. Cette semaine, nous rencontrons Simon Law, 26 ans, que j’ai connu il y a deux ans, alors qu’il prenait des photos lors d’un spectacle de nu-jazz sur le Plateau. Samedi dernier, je me suis assis avec lui au Club Social, sur St-Viateur, pour parler de BarCamps, de gestion numérique des droits (DRM), de Shenzhen, de la perception de l’homme (et donc de la femme) asiatique en Occident, et de ce qu’il trouve de si bien avec cette ville qu’on appelle Montréal.

In its Regarde les Chinois section, this blog speaks with known and lesser known people from the Chinese community. This week, we meet 26-year old Simon Law, who I met two years ago in a nu-jazz show on the Plateau. Last Saturday, I sat with him at Club Social, on St-Viateur, to talk about BarCamps, digital rights management (DRM), Shenzhen, the perception of Asian man (and therefore woman) in the West, and what he finds so enjoyable about this city called Montreal.

Language of the interview / langue de l’interview: English / anglais

Continue reading “Regarde les Chinois : Simon Law”

Projet Nouvelles Voix à Radio-Canada International

Posted on

New Voices Project Vancouver team

Zizian ZHONG du New Voices Project (Vancouver) s’est fait interviewer par l’émission en langue chinoise de Radio-Canada International:

http://www.rcinet.ca/rci/ch/dossiers/50616.shtml (en chinois)
http://www.rcinet.ca/rci/console/index.asp?langue=fr&IDExtraits=721811 (lien direct)

Le New Voices Project (Projet Nouvelles Voix) vise à publier une anthologie d’oeuvres littéraires et artistiques non traduites, créées par des Canadiens d’origine chinoise. Robert Parungao, l’un des fondateurs du projet original vancouverois (première anthologie publiée en 2007), a depuis lors déménagé ses pénates à Montréal. Il a commencé depuis novembre 2007 à assembler une équipe dans l’est du pays qui travaillera à une nouvelle édition du Projet Nouvelles Voix qui entre autres choses, incorporera le français (l’auteur principal de ce blogue fait également partie de l’équipe).

Le groupe montréalais se réunira au café Idée Magique de Concordia, le samedi 26 janvier 2008, à 15 h.

Montreal journalist HU Xian 胡宪 in Afghanistan

Posted on

和阿富汗的孩子们
Photo by Xian HU, Journal Chinois Sept Days

“My Chinese face came as an advantage”, says 54-year old HU Xian (胡宪), a reporter for Chinese-language newspaper Sept Days (七天网) who just returned from an assignment in Kabul, and who will be telling her story at a seminar organized at the Montreal Chinese Cultural Centre on February 10th.

When the Canadian Defence Ministry invited Sept Days to send a journalist to Afghanistan, and later withdrew it (on the basis that it was becoming too dangerous), the Montreal-based weekly decided to send Hu anyways on an assignment to one of the most dangerous countries in the world. She set off for Kabul and arrived there by plane on December 20th, 2007, forgoing the original plan to fly into China and take a land route (impracticable because of the winter). Unlike surely most other Canadian journalists who were in Afghanistan in the past years, she was not embedded with Canadian troops, and could thus freely go wherever she wanted to – as long as it was in Kabul. Her Chinese appearance, and the fact that she is a woman, gave her special access to local folk that she met, which included Afghan women and private residences.

Early last summer, Hu started looking into the opinion of new immigrants of Chinese origin, whose numbers in Canada are exploding in the past decade, on the war in Afghanistan. “I wanted to see what Chinese people (in Montreal) thought of the war. So in July, I interviewed over 70 people and realized that 79% of the respondents were against the Canadian presence in that country”, tells the journalist who emigrated to Canada 18 years ago, and obtained citizenship two years later. According to opinion polls published in summer 2007 (Radio-Canada.ca), 1 out of 2 Canadians disapproved of the war in Afghanistan, while this proportion reaches two-thirds in Quebec. “I think that Chinese people, we have our own values, and there must be something about this”, which certainly echoes the justification given by many Quebecers who don’t support the conflict.

In Kabul, Ms. Hu stayed with friends of friends, journalists from China who came after the war. Through these contacts, she encountered a whole set of the local population, among which were a Chinese restaurant owner (who was Chinese), war widows running a carpentry centre and even the only Afghani female pilot (since her sister died), who flew a chopper.

The first article that Hu wrote upon her return was her change of opinion about the burqa, the traditional Afghan dress covering their wearers under them. Hu recalls: “Of course, I originally thought that the burqa was a symbol of oppression.” She met women in the city who were not happy when questioned about their wearing of the burqa. In the mountains, a woman said that her grandmother and mother wore it, that she wore it by choice, and that it was appropriate in her mind that she should “only be pretty for their husband”. In last week’s edition of Sept Days, the former university lecturer recalls her interview with a local journalist, whose first words to her were “Afghanistan’s situation is terrible“.

Sept Days expects a mainly Chinese-speaking audience to attend. However, her series of articles definitely reaches to mainstream society: “We have an opinion; we pay taxes too! What we want to say is that we are there too”.

HU Xian will be speaking at the 200-seat auditorium at the Montreal Cultural Centre in Chinatown (1088 Clark). She took over a hundred pictures while in Kabul, some of which will be showcased during the event. February 10th, 2008, 3 to 5PM. Tickets are 20$ on pre-sale and 30$ at the door. Half-price for students. Information (PDF file).

***

Bird's eye view of Kabul from TV Mountain
Photo by Xian HU, Journal Chinois Sept Days

« Mon visage chinois fût certainement un avantage », raconte HU Xian (胡宪), une journaliste de 54 ans pour le journal chinois Sept Days (七天网), juste de retour d’un voyage à Kaboul, et qui expliquera son histoire à une conférence organisée au Centre Culturel de Montréal, le 10 février prochain.

Après que le Ministère de la Défense du Canada eût invité Sept Days en Afghanistan, puis ensuite retiré l’offre (prétextant que le climat devenait trop volatile en Afghanistan), l’hebdomadaire montréalais décida de quand même envoyer Mme. Hu en reportage dans l’un des pays les plus dangereux du monde. Elle partit pour Kaboul et arriva en avion le 20 décembre 2007, laissant de côté le plan original de s’envoler vers la Chine et d’emprunter une voie terrestre (impraticable à cause de l’hiver). Contrairement à la plupart des journalistes canadiens partis en Afghanistan ces derniers temps, elle ne fût pas insérée dans une unité des forces canadiennes, et pouvait donc se balader où elle voulait – en autant que ça soit à l’intérieur de Kaboul. Son apparence chinoise, et puis le fait qu’elle soit une femme, lui donna un accès spécial chez les habitants qu’elle rencontra, incluant aux femmes afghanes et à des résidences privées.

Tôt l’été passé, Hu a commencé à se questionner sur l’opinion de la guerre en Afghanistan des nouveaux immigrants d’origine chinoise, dont les chiffres ont explosé lors de la dernière décennie. « Je voulais savoir ce que les Chinois (à Montréal) pensaient de la guerre. Alors, en juillet, j’ai interviewé 70 personnes et j’ai réalisé que 79% des répondants étaient contre la présence canadienne dans ce pays », dit la journaliste qui est arrivée au Canada il y a 18 ans, et est devenue citoyenne deux ans plus tard. Selon des sondages publiés lors de l’été 2007 (Radio-Canada.ca), 1 Canadien sur 2 était en désaccord avec la guerre en Afghanistan, tandis que cette proportion atteignait les deux-tiers au Québec. « Je pense que les Chinois, nous avons nos propres valeurs, qu’il doit y avoir quelque chose par rapport à cela », ce qui fait écho au discours des opposants à la guerre dans la population québécoise.

À Kaboul, Mme Hu est demeurée chez des amis d’amis, des journalistes de Chine qui sont venus après la guerre. À travers ces contacts, elle a pu rencontrer tout un échantillon de la population locale, incluant un propriétaire de restaurant chinois (qui était chinois), des veuves de la guerre opérant un centre de charpenterie, et même la seule femme pilote d’hélicoptère afghane (depuis que sa soeur est morte).

Le premier article que Hu a écrit à son retour fût sur la façon dont elle changea d’opinion à propos du port de la bourka, robe traditionelle couvrant entièrement celle qui la porte. « Initialement, je croyais bien sûr que la bourka était un symbole d’oppression. » Elle rencontra des femmes dans la ville qui ne fûrent pas heureuses qu’on questionne leur choix de la bourka. Dans les montagnes, une femme lui dit que sa grand-mère et sa mère l’ont portée, et que c’était approprié dans son esprit “qu’elle soit belle seulement pour son mari”. Dans l’édition de cette semaine de Sept Days, l’ancienne chargée de cours d’université raconte son interview avec un journaliste local, dont les premiers mots furent la « situation en Afghanistan est terrible »

Sept Days s’attend à un public majoritairement à un public sinophone. Cependant, la série d’articles de HU Xian rejoint définitevement le public général : « Nous avons une opinion; nous payons des taxes aussi! Ce qu’on veut dire c’est qu’on existe aussi. »

HU Xian donnera une conférence à l’auditorium de 200 places au Centre Culturel de Montréal dans le Quartier Chinois (1088 Clark). Elle a pris plus d’une centaine de photos à Kaboul, dont quelques-unes seront présentées lors de l’événement. 10 février 2008, de 15 h à 17 h. Les billets sont 20$ en prévente, et 30$ à la porte. Moitié-prix pour les étudiants. Information (Fichier PDF).

Cinéma Sun Ko Wah 新國華

Posted on

Sun Ko Wah : La Librairie Chinoise

It was through a quick search to see whether the Sun Ko Wah (新國華) boutique and bookstore on this picture still existed (it probably does), that I realized that Chinatown’s now-defunct cinema on St-Laurent Boulevard (near René-Lévesque) was also called the Sun Ko Wah! Yes, according to infos on the web, this cinema existed between 1989 and 1995. My memories seem to point to a much earlier period, but the end of it may indeed be 1995, year of the exodus for many Montreal Chinese of previous immigration waves.

In any case, I was still too young in 1995 to go to a movie theatre (and remember really wanting to go to it, despite my young age), and never ventured inside this manifestation of the micro and ethnic cinema in Montreal. When I got old enough to go see a movie by myself, the Sun Ko Wah Cinema became a jewelry shop. Was left behind, a different business at around the same civic number on Clark Street, bearing the exact same name.

La Célébration du Nouvel An chinois 2008 à Montréal – et Falun Gong

Posted on

Falun Gong à Montréal

Un article de la Presse Canadienne publié le 9 janvier 2008 rapporte la présentation de la très succinctement titrée « Célébration du Nouvel An chinois 2008 » les 15, 16 et 17 janvier 2008. Il ne fait cependant pas la mention des liens, pourtant avoués des organisateurs (voir entrevue du Mirror), avec la secte Falun Gong.

Cet article dans le Los Angeles Times fait état de la controverse aux États-Unis, où la Célébration est appelée Chinese New Year Spectacular. Les organisateurs se défendent que le spectacle soit organisé par le Falun Gong, étant financé par le New Tang Dynasty TV et des donateurs privés. Le problème n’est pas tant le fait que des organisations religieuses, légitimes ou non, organisent des spectacles pour le grand public (qui est libre d’y aller, ou de voter avec ses jambes). C’est plutôt le petit bout d’information manquante qui choquerait les lecteurs francophones qui s’en préoccuperaient.

En fait, mes amis iront à la place (et il y a eu un moment de confusion quand ils m’y ont invité) au « Gala du Nouvel An chinois 2008 », les 2 et 3 février à l’Université Concordia. Contrairement à l’autre spectacle, celui-ci ne semble pas avoir assez de ressources pour se payer un vrai site web à lui (et doit faire de l’auto-stop avec le portail Sino-Québec), ou juste de l’information en français. Les affiches se ressemblent pas mal, en tout cas ?

Continue reading “La Célébration du Nouvel An chinois 2008 à Montréal – et Falun Gong”

Association cantonaise de divertissement pour l’âge d’or

Posted on

LO Ha - Association cantonaise de divertissement pour l'âge d'or
LO Ha, de l’Association cantonaise de divertissement pour l’âge d’or

Samedi dernier, je me suis promené au Quartier Chinois avec mes grands-parents, c’est-à-dire les parents à ma mère. Ça fait plus d’une vingtaine d’années qu’ils se sont installés à Montréal, et le Quartier Chinois est pour eux l’endroit où ils retournent et peuvent évoluer dans leur langue, le Cantonais. Pourtant l’un des deux dialectes les plus parlés par les chinois ayant immigré outre-mer avant l’ouverture de la Chine continentale, le Cantonais n’est cependant parlé que par 80 millions des 1,4 milliards de Chinois. Mais au Quartier Chinois de Montréal, comme c’est le cas de plusieurs quartiers chinois à travers le monde, le Cantonais est encore une langue dominante dans la plupart des commerces.

Avec eux, nous avons fait le tour des pharmacies (occidentale, cette semaine), épiceries et cafés, en s’arrêtant au milieu par un lieu tout à fait invisible de la rue, l’Association cantonaise de divertissement pour l’âge d’or. L’Association se trouve située sur De La Gauchetière, à quelques numéros à l’Est de St-Urbain, au sous-sol d’un édifice à l’entrée mal éclairée.

Comme son nom l’indique, l’Association est un club de l’âge d’or. La porte de vitre y menant, avec les heures d’ouverture de l’endroit, dessus accrochées, aurait pu être celle d’un restaurant ou d’un vieux commerce de brocante, mais au bas des escaliers se cache un surprenant temple chinois. Mon grand-père me dit au passage que les touristes en visite au Quartier Chinois s’arrêtent régulièrement à l’Association, qui ressemble plus à un temple qu’à un club social.

« Ça fait depuis 1980 que je suis au Canada », me raconte Lo Ha, l’homme d’une soixante-dizaine qui semble être le gérant de l’endroit, après quoi il échange avec mes grand-parents et autres gens présents cet après-midi. On va d’un cantonais brisé (le mien) à un français tout autant brisé (plutôt le sien) tout au long de notre conversation.

L’accent de M. Lo, en chinois, aux tons nasillards m’avait d’abord porté à croire qu’il était un Chinois ethnique du Vietnam. Il était en fait originaire du Laos, pays sans littoral de l’Asie du Sud-Est. En 1980, cinq ans après avoir vécu dans un camp de réfugiés en Thaïlande, il immigra à Montréal avec ses 11 enfants et au total 32 membres de sa famille. Il m’a ensuite écrit le nom de leur ville d’origine au Laos, 他曲 (Ta Qu en Hanyu Pinyin, Thakhek en Laotien) dans la province du 甘蒙 (Khammuan). Une recherche sur Google est de mise.

Les ancêtres de M. Lo viennent de 三水 (San Shui) dans le Guangdong qui fait maintenant partie de la super-agglomération de 佛山 (Foshan, ou Futsan en cantonais), dans les environs de la capitale provinciale de 廣州 Guangzhou (Canton), et là d’où viennent également mes grand-parents.

Guan Yu 關羽
Une statue en marbre blanc de Guan Yu (關羽)

Trois statues en marbre blanc, représentant Guan Yu (le héros des Trois Royaumes), Tian Hou (aussi appelée Tin Hau, que je connais à cause de la station de métro et du lieu de culte duquel elle a été baptisée, à Hong Kong), et une déité que je ne connaissais pas, prennent place sur une table où se bousculent plantes vertes, jarres d’encens et collations chinoises en offrande. Dans une salle à l’arrière du local, immanquablement, des hommes âgés passent le temps autour d’un jeu de dames chinoises.

110B Rue de la Gauchetière O. 514-878-1551

Regarde les Chinois : HUNG Ting Kwan 洪挺堃

Posted on

HUNG Ting Kwan 洪挺堃

Regarde les Chinois est une section de ce blogue, à travers laquelle nous rencontrons des gens de la communauté chinoise de Montréal, et qui proviennent de différents horizons. Nous nous entretenons cette fois avec Ting Kwan HUNG, qui fut jusqu’à décembre 2007, le coordonnateur des bénévoles au Service à la Famille Chinoise du Grand Montréal (SFCGM), un organisme communautaire basé dans le Quartier Chinois. Originaire de Hong Kong, et un Newyorkais durant de plusieurs années, il quittera Montréal, où il a vécu pendant quatre ans, pour d’autres cieux d’ici l’arrivée du printemps.

Regarde les Chinois is a section of this blog through which we meet people of the Chinese community in Montreal and who come from different horizons. This time, we are speaking with Ting Kwan HUNG, who was until December 2007, the volunteer coordinator at the Chinese Family Service of Greater Montreal (CFSGM), a non-profit organization based in Chinatown. Originally from Hong Kong, and New Yorker for many years, he is leaving Montreal in a few months after living here for four years.

Language of the interview / langue de l’interview: English / anglais (quoique Kwan parle aussi un français impeccable).

Continue reading “Regarde les Chinois : HUNG Ting Kwan 洪挺堃”

Le Journal de Montréal, Chinese-style

Posted on

Nan Fang Du Zhi Bao - Bloody pileup in Guangdong province

Pour ce qui est de la page couverture choc, les journaux chinois ne font définitevement pas dans la dentelle. L’un des quotidiens chinois souvent cités pas les blogs Danwei et EastSouthWestNorth, le Southern Metropolis Daily (南方都市报) basé à Guangzhou (Canton) fait sa une d’aujourd’hui avec un carambolage monstre survenu dans l’ouest de la province méridionale du Guangdong. En grosses lettres style Journal de Montréal, on peut y lire en chinois “11 morts, 11 blessés”, même si dans l’article de Danwei, on rapporte en fait qu’un des morts n’était que blessé (le SCMP rapporte 11 morts, 30+ blessés). La photo, elle, est en langue universelle…

With respect to shocking front pages, Chinese newspapers definitely aren’t novices. One of the Chinese newspapers frequently cited by blogs Danwei and EastSouthWestNorth, the Southern Metropolis Daily (南方都市报) based in Guangzhou does its front page with a gigantic pileup that occurred in the west of the southern province of Guangdong. In big letters, Journal de Montréal-style, it reads in Chinese “11 deaths, 11 injured”, even though in Danwei’s article, they revised that one of the dead was not (the SCMP says 11 dead, 30+ injured). The photo, on the other hand, is in universal language…

Eve & the Fire Horse à Montreal, 19 janvier 2008

Posted on

Eve and the Fire Horse

Eve and the Fire Horse (2005), de la réalisatrice canadienne d’origine chinoise Julia Kwan, sera présenté le samedi 19 janvier 2008 à 19 h à la Cinémathèque Québécoise (335, boul. De Maisonneuve Est, métro Berri-UQAM, sortie Maisonneuve). Il s’agit de la première des projections mensuelles de films asiatiques organisées par l’organisme Ciné Asie fondé par Mi-jeong Lee (elle est aussi connu comme étant la co-programmatrice du volet asiatique du festival Fantasia). Un atelier gratuit sur le maniement de la caméra est également présenté à partir de 17 h.

Eve and the Fire Horse (2005) by Chinese Canadian director Julia Kwan will be presented on Saturday January 19th at 7pm at the Cinémathèque Québécoise (335, boul. De Maisonneuve Est, métro Berri-UQAM, Maisonneuve exit). This is the first monthly asian film screening organized by Mi-jeong Lee’s Ciné Asie (she is also known as the associate programmer for Fantasia‘s Asian section). A free workshop on camera handling is also presented starting at 5pm.

Facebook: http://www.facebook.com/event.php?eid=9798535990

Chinese pork and vegetable dumplings

Posted on

Chinese pork dumplings: the ingredients

One of the recurrent social activity involving food in my circle of friends, has been dumplings-making. In certain families, preparing dumplings (or also wonton) is something that you do every year during the Chinese New Year period. There is no such tradition in my family, although the chain-production of wontons by my father is something that seems to return every year or so.

Sometime last week, I had my friends over, and we prepared three different bowls of mix for Chinese-style dumplings, or 餃子 (jiaozi) in Chinese. One first friend, an international student from Sichuan, made a “traditional” mix, which did not contain anything but ground pork, seasoning, sesame oil and corn starch. My other friend, a Chinese Canadian originally from Hong Kong, who has a kick for cilantro, made a mix with ground pork, mashed nappa cabbage, green onions, seasoning, sesame oil, and a lot of coriander. My recipe, as seen on the picture (actually taken during a practice run, a few days earlier), consisted of the same thing as the previous friend’s, but without the cilantro, and instead with Chinese mushrooms (commonly known as shitake in the West), dried scallops.

I am not a fan of wontons, perhaps because we always had them, rather than dumplings. The difference is that dumplings have a thicker skin, and you can thus fry them in a pan. After wrapping our dumplings in varying shapes (which is the real fun part), we cooked them in two different ways:

  • The first method was to throw them into a pot of scalding hot water, boil them for a while, and then interrupt the cooking by adding cold water. This is considered the “standard” method.
  • The second method, maybe more tasty, but not as good for your health and a little high-maintenance. It requires you to directly put your dumplings over a pan with oil, fry them for ~5 minutes until the dumplings become crispy and brown, and then go through the non-intuitive step of adding water or broth to cover about 1/4 to 1/3 of the dumplings height. This is to cook the dumplings entirely. After boiling off the liquid, you would fry the dumplings some more for an extra crisp.

Ironically, we used wonton wrappers (Shanghai kinds) instead of dumpling ones. Because wonton wrappers are thinner, they are also more fragile and prone to breaking, after absorbing extra moisture from the meat filling.

Le Quartier Chinois de Montréal en 1984

Posted on

Boulevard St-Laurent 1984

Il a presque fallu que je torde un bras à mon père pour qu’il mette ces photos sur Flickr, et ça en a vraiment valu la peine. Depuis le Boxing Day, il a passé le plus clair de son temps à scanner nos diapos de famille, incluant quelques unes du Quartier Chinois de Montréal en 1984. La première ci-dessus nous montre le bloc sur St-Laurent, just au sud de De La Gauchetière, où se trouve présentement la rôtisserie et déli chinois, avec les escaliers desservant le sous-sol de l’immeuble en moins. Le restaurant Joy Inn au deuxième étage fait la publicité de ses portions de dim sum pour aussi peu que $0.85, tandis que le magasin de cadeaux Wah Fung a déjà pignon sur rue, avec un Bruce Lee dessiné sur son enseigne rouge et jaune.

Hong Kong existait déjà en 1984, mais était autrefois une épicerie sur De La Gauchetière, entre St-Laurent et St-Dominique, se rappelle mon père. Le magasin appartenait à la famille 馬 (Ma), qui possédait également la poissonnerie et boucherie Kowloon. Les deux magasins se trouvent sur le côté droit de la rue sur la prochaine photo, et déménagèrent sur St-Laurent quelques années plus tard, là où mes souvenirs d’enfance se rendent.

Rue de la Gauchetière au Chinatown 1984

1984 fut également l’année d’inauguration de deux nouveaux projets d’habitation au Quartier Chinois, un sur St-Urbain et Dorchester (maintenant René-Lévesque) et un autre sur St-Dominique et De La Gauchetière. D’un autre côté, d’autres projets de contruction, comme le “Centre Chinatown” (voir prochaine photo), au-delà de l’emplacement présent de la porte est du Quartier Chinois, n’ont jamais vu le jour et disparu de l’imaginaire des gens.

Rue de la Gauchetière et Rue Anderson 1984

An English version of this article was published on Spacing Montreal.